Les fruits et légumes, ces aliments si prisés par nos papilles, repoussés par d’autres, ont une histoire. Certains ont été importés de contrées bien lointaines, d’autres ont été oubliés, d’autres encore reviennent à la mode ou sont simplement pratiques à stocker et à consommer. Mais d’où viennent-ils ?

Il y a bien longtemps, c’était le temps de la cueillette car les hommes vivaient de chasse et de cueillette. Ainsi à la période Paléolithique (de 30 000 à 10 000 ans avant Jésus Christ), les hommes consommaient des baies, des salades et des épinards sauvages. Dès le Néolithique, les hommes se rendirent compte qu’ils pouvaient en conserver certains ou même en garder les graines. Ainsi les plantes qui étaient sélectionnées (parties feuille, fruit et racine) étaient tout simplement replantées. Certaines de ces plantes étaient greffées et les variétés évoluaient en fonction des croisements. Ce que l’on nomme aujourd’hui l’agriculture, c’est-à-dire l’art de cultiver une plante, est vraisemblablement apparu dans la zone du croissant fertile vers le VIIème millénaire. Cette immense zone géographique, de la Mésopotamie à l’Egypte, a vue également apparaître les premières civilisations, les célèbres jardins suspendus, qui n’étaient d’autres que des vergers et des potagers irrigués par des systèmes vraiment sophistiqués pour l’époque. Plus tard les populations de la Méditerranée commencèrent l’arboriculture (plantations d’oliviers, de figuiers et de vignes) et le maraîchage.

Les peuples conquérants rapportaient de leurs conquêtes, des plants, des légumes et des arbres fruitiers. Pour la petite histoire, la rhubarbe et le fenouil ont été rapportés d’Orient par Alexandre le Grand, l’artichaut vient d’Afrique du Nord.

Autre petit saut dans le temps : au Moyen Age, les légumes étaient déclarés impurs par l’Eglise et seuls les moines avaient le droit de cultiver un potager. Les paysans étaient contraints de manger les légumes-racines comme les carottes, le navet, le topinambour ou la betterave. Il faut attendre la Renaissance, pour voir arriver une plus grande variété et consommation des fruits et les légumes.

Autres informations que l’on aime bien partager :

La pomme de terre est apparue à la Cordillère des Andes, chez les Incas, ainsi que la tomate, le maïs et le cacao. Notre fameux Parmentier, pharmacien militaire a un jour, goûté cet « étrange » légume destiné aux porcs. Dès lors, il rédigea un traité et il faut savoir que c’est la pomme de terre qui sauva certains peuples de la disette. La tomate est montée à Paris à la fin du XVIIIème siècle. !

Enfin, sachez que les vertus des légumes et des fruits ne sont connues et diffusées que depuis peu, 1950. Et on remarque que plus le niveau de vie augmente, mieux on mange, plus notre consommation alimentaire est équilibrée. Aujourd’hui, les légumes et les fruits restent accessibles dans le monde entier et on les consomme quotidiennement (au moins on essaye les fameux 5) dans le cadre d’une cuisine minceur, pour perdre des kilos mais aussi pour obtenir une alimentation beaucoup plus équilibrée et diététique.

Certains fruits et légumes oubliés, réapparaissent dans nos assiettes. Le cardon, proche de l’artichaut est très apprécié par les connaisseurs car sa saveur est subtile. Le crosne, ce tubercule originaire de la Chine peut être acheté prêt à l’emploi. La pomme de terre primeur, cultivée avant sa maturité, est une bonne source en vitamine C même après sa cuisson.

Nos ancêtres ont bien travaillé. Ils ont su regarder, étudier, planter et développer les fruits et les légumes. Si nous sommes nombreux à avoir des kilos à perdre, si nous devons maigrir ou mincir, c’est que nous avons tous oubliés que nous venons de la terre. Il suffit donc de ne pas l’oublier. Nos ancêtres ont su adapter les fruits et les légumes à nos papilles, les faire évoluer pour satisfaire nos besoins.

Aujourd’hui, nous devons perpétuer nos traditions et respecter notre agriculture. La nature nous apporte suffisamment pour notre bien être, notre équilibre alimentaire, mais aussi pour notre ligne. Si nous respectons notre corps, nous devons l’alimenter correctement, tout comme on arrose une plante pour qu’elle pousse correctement.

Publié par pierre

Ce billet a été posté le Ven 01 mai 2009 07:23:00 GMT et Publié sous , , . Vous pouvez suivre la discussion autour de cet article via le flux Atom. .




Top