Il avait été déjà prouvé que l’obésité crée des maladies cardiovasculaires, du diabète ou même des cancers.

 
Mais qu’elle aurait aussi une influence sur le cerveau, on n’en savait rien.
 
Une étude scientifique s’est attaquée à ce sujet et à ses effets afin de savoir s’il y avait un lien entre une présence de graisse sur les hanches et le rétrécissement du cerveau.
 
Le résultat fait peur.
 
Plusieurs études avaient été déjà effectuées pour déterminer les effets collatéraux de l’obésité sur l’organisme humain et qui ont débouchées sur les maladies cardiovasculaires, le diabète mais aussi différents types de cancers.
 
Cette fois, des chercheurs de l’Université de Loughborough en Angeleterre ont fait une étude sur la graisse et l’impact sur le cerveau.
 
D’après Mark Hamer, l’auteur de cette étude, « des recherches ont déjà lié le rétrécissement du cerveau au déclin de la mémoire et à un risque élevé de démence.
 
Mais on voulait savoir si un excès de graisse corporelle protège ou nuit à la taille du cerveau.
 
» Pour la concrétisation de cette étude, 10 000 personnes âgées de 40 à 70 ans dont un participant sur cinq qui était obèse ont participé.
 
L’étude a tenu compte de l’âge, le tabagisme ou le manque d’exercice physique.
 
Enfin, les chercheurs sont arrivés à la conclusion suivante : un indice de masse corporelle trop élevé crée une diminution du volume du cerveau.
 
Plus les hanches étaient « graisseuses », plus la matière grise se rétrécit.
 
Alors, encore un bel argument pour perdre du poids, afin d’éviter ces différentes pathologies.
 

Publié par philippe

Ce billet a été posté le Jeu 31 jan 2019 17:13:00 GMT et Publié sous . Vous pouvez suivre la discussion autour de cet article via le flux Atom. ou un trackback depuis votre site.


Trackbacks

Utilisez le lien ci-dessous pour envoyer un trackback depuis votre site:
http://www.doxys.be/bfr/trackbacks?article_id=plus+on+a+un+gros+ventre+moins+on+a+de+cerveau&day=31&month=01&year=2019



Top