Les phages ou bactériophages sont des virus qui s’attaquent aux bactéries.

 

Des chercheurs ont identifié dans le microbiote intestinal de chasseurs-cueilleurs des phages au génome particulièrement grand.
 
Les bactéries, tout comme les cellules animales et végétales, sont attaquées par des virus : ces virus mangeurs de bactéries sont appelés bactériophages, ou phages.
 
Ces phages possèdent un génome dix fois plus gros que la moyenne des phages connus.
 
 
CE QU’IL FAUT RETENIR :
 
Des chercheurs américains ont trouvé des phages géants dans le microbiote intestinal d’habitants du Bangladesh.
 
Ils se trouvent partout où les bactéries sont présentes : dans l’environnement, mais aussi dans notre microbiote intestinal.
 
Certains phages, dits lytiques, détruisent complètement leur bactérie cible.
 
Il existe aussi des phages qui insèrent leurs gènes dans le génome des bactéries qu’ils infectent : ces phages dits « tempérés » permettent le transfert horizontal de gènes et donc l’évolution des micro-organismes.
 
Les chercheurs les ont aussi trouvés chez des animaux : des babouins étudiés au Kenya et des cochons élevés au Danemark.
 
 
Les phages, comme les virus en général, se trouvent à la frontière du monde vivant.
 
 
Ces prédateurs naturels des bactéries participent à l’équilibre des écosystèmes microbiens.
 
Les chercheurs ont trouvé des fragments de gènes de ces mégaphages dans des bactéries Prevotella, qui seraient donc les bactéries cibles de ces phages.
 
Pour ce travail, les chercheurs ont séquencé des bactéries intestinales d’habitants du Bangladesh.
 
Ces phages semblent spécifiques de Prevotella, une bactérie généralement absente dans le microbiote intestinal de type « occidental ».
 
Les phages lytiques sont d’ailleurs utilisés pour lutter contre des infections bactériennes, grâce à la phagothérapie.
 
 
La découverte de ces phages ouvre aussi la possibilité d’identifier de nouveaux gènes et de nouvelles protéines aux fonctions encore inconnues.
 
En reconstituant le génome de ces phages géants, les chercheurs se sont aperçus qu’ils faisaient plus de 540 kilobases, c’est-à-dire qu’ils étaient dix fois plus gros que la moyenne des phages.
 
On peut donc penser que ces phages peuvent passer d’une espèce animale à une autre.
 
 
Mais le monde des phages reste encore très méconnu… Dans un article paru dans Nature Microbiology, l’équipe de Jill Banfield décrit de gros virus bactériophages, des « mégaphages », trouvés dans l’intestin humain.
 
La bactérie Prevotella est associée à des infections respiratoires et à la maladie parodontale, ce qui suggère que l’étude des mégaphages pourrait aider à trouver des traitements contre ces infections.
 
Ils apportent parfois aux bactéries de nouvelles propriétés, comme l’explique Jill Banfield, professeur à l’université de Californie à Berkeley : « Les phages sont bien connus pour porter des gènes responsables de maladies et des gènes codant pour la résistance aux antibiotiques.
 
 
Par exemple, des gènes provenant de phages peuvent coder pour des toxines qui aggravent certaines infections bactériennes.
 
Les mégaphages étaient aussi présents dans le microbiote intestinal de chasseurs-cueilleurs de la tribu Hadza en Tanzanie.
 
Les auteurs notent aussi que ces « génomes présentent plusieurs caractéristiques intéressantes, notamment l’utilisation d’un code génétique alternatif ».
 
 
Les mégaphages trouvés dans cette étude ont été appelés phages Lak, en référence à la région du Bangladesh où ils ont été trouvés, le Laksham.

Publié par philippe

Ce billet a été posté le Ven 01 fév 2019 10:18:00 GMT et Publié sous . Vous pouvez suivre la discussion autour de cet article via le flux Atom. ou un trackback depuis votre site.


Trackbacks

Utilisez le lien ci-dessous pour envoyer un trackback depuis votre site:
http://www.doxys.be/bfr/trackbacks?article_id=virus+mangeurs+de+bact%C3%A9ries+appel%C3%A9s+bact%C3%A9riophages+identifi%C3%A9+dans+le+microbiote+intestinal+&day=01&month=02&year=2019



Top