Après l’annonce par Wal-Mart, le numéro un de la grande distribution aux Etats-Unis, d’un effort de vaste envergure pour vendre des produits plus sains, l’ancien président Bill Clinton annonce quant à lui,  un accord avec sept géants de l’industrie alimentaire américains pour que les écoliers puissent enfin bénéficier de lunchs plus sain lors des repas qu’ils prennent dans le milieu scolaire. La fondation de Bill Clinton est l’un des membres de l’Alliance for a Healthier Generation, qui vise à combattre l’obésité chez les enfants.

 
Ceci fait suite à la lutte de la Présidente Michelle Obama dans sa luttre contre l’obésité infantile
 
Michelle Obama est la Première Dame des Etats-Unis mais avant tout une mère de famille.
 
Le 9 février 2010, la First Lady dévoilait la campagne nationale "Let s Move" qui fait partie d’un projet ambitieux visant à résoudre le problème de l’obésité infantile en une génération, afin que les enfants qui naissent aujourd’hui atteignent l’âge adulte avec un poids idéal.
 
Un tiers des enfants nés en 2000 ou plus tard, souffrira de diabète à un moment donné durant sa vie, beaucoup d’entre eux devront faire face à une obésité chronique ou des problèmes de santé associés tels que les maladies cardio-vasculaires, l’hypertension, le cancer et l’asthme.
 
Elle engage tous les secteurs ayant un impact sur la santé des enfants et souhaite offrir aux écoles, aux familles et aux communautés des outils simples pour aider les enfants à être plus actifs, à mieux manger, et à être en bonne santé.
 
En ce qui concerne le sport au niveau scolaire, dans certains états l’école n’offre plus d’activité physique aux enfants, à cause des coupes budgétaires.
 
Michelle Obama s’est également attaquée à la qualité des repas servis dans les cantines scolaires américaines.
 
Il faut […] "faire en sorte que dans les écoles de notre pays soient servis des aliments de meilleure qualité nutritionnelle (fruits frais, légumes, céréales complètes, moins de sucre, de graisse et de sel) car ce sont "dans les écoles du pays que 30 millions d’enfants américains obtiennent une majorité de leurs calories", explique t-elle.
 
La "School Nutrition Association" (SNA) qui représente les employés de cantine de plus de 75% des écoles américaines a rejoint la campagne "Let s Move".
 
Pour atteindre les objectifs du programme "Let s Move", une action concertée entre les associations et conseils éducatifs (National School Board Association, Council of Great City Schools, American Association of School Administrators), les collectivités et le secteur privé sera mise en place.
 
Il faut noter que des initiatives gouvernementales comme le "Child Nutrition Act" interviennent pour améliorer l’alimentation au niveau scolaire.
 
Cette loi a permis le développement de programmes alimentaires au sein des écoles.
 
Ces investissements permettront de proposer dans les écoles des fruits, des légumes et des produits laitiers supplémentaires et nourriront un million d’étudiants supplémentaires dans les cinq prochaines années.
 
La base du programme de nutrition infantile du "Children Nutrition Act" inclut le "National School Lunch Program" (NSLP), le "School Breakfast Program" (SBP), le "Child and Adult Care Food Program" (CACFP), le "Special Milk Program", le "Summer Food Service Program" et le "Special Supplemental Nutrition Program for Women, Infants and Children" (WIC).
 
Ces communautés qui n’ont pas accès à des aliments nutritifs de qualité et à prix abordables vivent dans des "déserts alimentaires".
 
Michelle Obama appelle également de ses voeux les plus grandes sociétés agroalimentaires américaines à décupler leurs efforts pour produire des aliments plus sains, à mettre moins de graisse, de sel et de sucre dans leurs produits et à limiter les publicités vantant des aliments non-équilibrés auprès des enfants.
 
Le groupe de travail examinera chaque programme en relation avec la nutrition infantile et l’activité physique des enfants, élaborera un plan d’action national permettant d’optimiser les ressources fédérales et définira des critères concrets pour répondre au plan national de la First Lady.
 
Le Département de la Santé et des Services sociaux des Etats-Unis joue aussi un rôle pour lutter contre l’obésité aux Etats-Unis, qu’elle touche les enfants ou les parents.
 
 
Vous souhaitez apprendre à manger sainement ? Utilisez les outils de Doxys coach diététique en ligne qui s’est engagé et est concerné chaque jour afin d’aider chaque personne qui souhaite simplement mieux manger, perdre du poids, gagner du poids tout en équilibrant son alimentation. Quelle que ce soit votre objectif, le coach diététique offre des solutions avec une inscription gratuite et illimité ou une formule payante très accessible financièrement.
 
N’hésitez-pas, inscrivez-vous dès aujourd’hui, le coach diététique Doxys vous aidera à équilibrer chaque jours vos menus ! 

Publié par philippe


Vous pensez que votre petit a des problèmes de constipation ? Mais qu’en est-il vraiment. Savez-vous reconnaître si votre enfant est constipé ? Quelques informations et comment l’aider à réguler son organisme.

Chez le nourrisson, la selle se fait après chaque biberon (ou chaque tétée), puis lorsqu’il a 4 ou 5 semaines, la selle peut se produire qu’une seule fois par semaine. Si votre nourrisson est dans ce cas, vous devez consulter votre médecin traitant ou votre pédiatre.

Dès lors que votre enfant se nourrit comme un adulte, c’est-à-dire lorsque son alimentation est proche de la vôtre, la fréquence des selles peut varier d’une à 3 par jour, à une tous les trois jours. Lorsque les selles sont dures et non régulières, on parle de constipation. Certains signes ne peuvent pas vous tromper. Généralement l’enfant a des difficultés aux toilettes, il a mal au ventre, il est de mauvaise humeur, il a des ballonnements et parfois il saigne au niveau de l’anus. Attention, danger ! Car s’il a peur d’avoir des douleurs, il va se focaliser sur son "bobo" et aura encore plus de réticences. C’est le fameux cercle vicieux car plus il va se retenir, plus son organisme risque de former un bouchon (le fécalome) qu’il aura encore plus de mal à évacuer. Avant d’en arriver à ce stade et aux complications éventuelles (encoprésie, énurésie et infection urinaire), il vous faut agir pour aider votre enfant.

Comme pour l’adulte, il faut absolument équilibrer son régime alimentaire par l’apport en fibres, en eau et il faut le faire bouger. Même si on entend trop souvent que la constipation est une histoire familiale, elle est surtout le signe d’une mauvaise alimentation et d’un manque d’activités physiques.

Augmentez son apport quotidien en fibres et en fau. Les fibres stimulent les intestins et facilitent l’évacuation des selles. En fait lorsqu’elles sont ingérées, elles gonflent au contact de l’eau et ramollissent les selles.

Vous trouverez des fibres dans les céréales, le pain, le riz, les fruits, les légumes. Petite astuce supplémentaire, vous pouvez ajouter des flocons de son aux yaourts natures, aux glaces, aux soupes, aux panures de poulet ou de poisson.

Certaines personnes utilisent l’huile minérale. Mais son goût est très désagréable. Une petite cuillère à café mélangée à un yaourt facilitera son ingestion. Si votre enfant a moins de 18 mois, ne lui en donnez surtout pas. On peut également trouver de l’huile minérale sous forme de gelée en pharmacie.

N’oubliez pas de le faire bouger, marcher et courir. Ne le laissez pas se ramollir devant la télévision ou les jeux vidéo. Trouvez tous les prétextes pour faire un peu d’exercice avec lui.

L’idée est donc d’équilibrer son régime alimentaire, de lui apporter quotidiennement et suffisamment de fibres et d’eau. Ces mesures diététiques ne sont pas destinées à lui faire perdre des kilos, ni à le faire maigrir. Même si, bien souvent, un enfant qui a des constipations régulières, a bien souvent des problèmes de poids et de kilos en trop, dus à un déséquilibre alimentaire. Tout comme c’est le cas pour vous, son organisme n’a pas une alimentation suffisamment équilibrée pour évacuer correctement. Il vous faut absolument rétablir et harmoniser son régime alimentaire avant d’accepter par dépit que votre enfant ait le même problème que vous. La constipation n’est pas une fatalité, et vous seul êtes responsable. Donc agissez pour son bien être et le vôtre, mettez en place des mesures d’hygiène de vie, et démarrez une activité physique.

Publié par pierre


De nombreux adolescents ont un poids supérieur à leur poids idéal.  Mais aucun affolement, c’est tout à fait normal. En effet, leur croissance n’est pas encore terminée et leur organisme stocke car il sait ce dont il a besoin pour continuer à grandir.

Il est également courant de voir un adolescent avant les vacances d’été avec un surpoids, puis le revoir à la fin de l’été avec une perte de poids. Sauf qu’entre temps, ce même adolescent a grandi de plusieurs centimètres, a fait ce que l’on appelle couramment une poussée de croissance. Si vous êtes adolescent (ou parent d’un adolescent), avant de faire un régime pour perdre du poids, vous devez prendre en compte ce facteur.  Le mieux est encore de consulter un diététicien pour éviter toute erreur ou carence qui pourrait résulter d’un régime alimentaire draconien.

Même si parfois, on explique tout cela à un adolescent, ce n’est pas non plus évident pour lui de l’accepter car c’est l’âge des rencontres et des premiers émois. N’oublions pas que nous avons tous, nous parents, été adolescents. Les filles sont peut-être plus sensibles que les garçons à leur apparence et au jugement des autres. Néanmoins, plutôt que de laisser votre adolescent faire des bêtises, il est très important de l’écouter. Dans le cas contraire, il fera un régime à votre insu pour maigrir rapidement, avec le risque pour certains de tomber dans le cercle vicieux de l’anorexie.

Avant d’entreprendre un régime pour perdre des kilos, il faut tout d’abord savoir combien l’adolescent doit perdre. Le premier outil à utiliser serait le calcul du poids idéal, puis le calcul de l’indice de masse corporelle (IMC) et la comparaison des deux. Lors que vous savez précisément le nombre de kilos à perdre, la meilleure solution est de consulter un diététicien qui saura proposer des menus minceur sur-mesure.

N’oubliez pas de faire une activité physique ou d’inciter votre adolescent à faire du sport, même s’il préfère les jeux vidéo. Vous pourriez décider ensemble de suivre un régime alimentaire équilibré pour lui montrer que c’est possible ensemble, pour partager vos ressentis, pour vérifier ensemble l’évolution de votre poids, pour vous stimuler lors des baisses de régimes et des coups de blues, bref pour parler, échanger. N’oubliez pas qu’une mauvaise estime de soi est bien souvent calquée sur son excès de poids.

Si vous êtes  parent d’un adolescent avec un surpoids manifeste, n’hésitez pas à poser vos questions dans les forums Doxys. 

Publié par pierre


Vous voilà une radieuse maman ! Neuf mois se sont écoulés et vous avez un beau bébé entre les bras. Mais voilà, vous sentez que vous à perdre quelques kilos pour retrouvez votre silhouette d’avant. En effet, vos tissus, vos muscles ainsi que vos organes se sont profondément mués après l’accouchement. De ce fait, le corps de la femme se trouve très nettement modifié et ne sera jamais tout à fait le même qu’auparavant. 

Le petit souci : votre poids 

Après l’accouchement, il est tout à fait normal d’avoir quelques kilos en trop après votre retour à la maison. Les six kilos voire plus que vous avez à perdre ne sont que les réserves constituées par le corps pour l’allaitement de bébé. De ce fait, vous ne pourrez débuter votre régime qu’environ trois mois après votre accouchement. Mais n’oubliez pas, ceci n’est possible que si vous avez arrêté d’allaiter sinon votre bébé n’aura pas les éléments nutritifs nécessaires pour sa croissance. Par ailleurs, le fait d’allaiter nécessite un apport complémentaire vu qu’il fait dépenser des calories supplémentaires.

Perdre du poids en allaitant 

Sachez que si vous allaitez au minimum trois mois, vous allez perdre quelques kilos. En effet, l’allaitement permet de brûler l’indélogeable graisse des cuisses. D’après des études antérieurement entreprises, l’on a pu conclure que les mamans qui continuent d’allaiter jusqu’à trois mois voire plus après l’accouchement perdent en moyenne un kilo de plus que celles qui ont arrêté tout juste dix jours. L’allaitement de votre bébé permettra d’une part de le nourrir convenablement et selon ses besoins et d’autre part, de retrouver une belle silhouette en perdant les kilos en trop.

Une alimentation saine pour enrayer les kilos en trop

Une alimentation saine et équilibrée, voilà une autre solution pour vous remettre d’aplomb après les neuf mois où bébé était encore à l’intérieur de vous.  N’oubliez pas de renforcer également votre régime en fer, magnésium, potassium, calcium et en vitamine C. Votre alimentation sera aussi variée en évitant les excès.

Ainsi, votre régime sera votre principal allié pour vous faire éviter les humeurs défaillantes, la fatigue des nuits écourtées à cause des pleurs du bébé et bien évidemment le stress. Ménagez votre corps et essayer de retrouver un rythme convenable: sommeil, sport, etc. 

En complément à votre régime minceur, vous pourrez également faire un peu de sport. Il n’est pas question non plus d’entreprendre des sports violents, des abdominaux car il est primordial de s’assurer de la bonne tonicité du plancher pelvien.

Pour vous reprendre en main et perdre vos kilos en trop, inscivez-vous vite à votre coach minceur en ligne Doxys !

Publié par pierre


Vous êtes au milieu d’un régime, et vous souhaitez que vos enfant n’aient pas à le faire plus tard ? Manger sainement vous fera perdre du poids…profitez-en pour apprendre les bonnes habitudes à vos enfants !

enfant avec fruitL’important à savoir est que l’on doit donner le bon exemple si l’on veut que nos enfants mangent sainement.  Un enfant qui voit ses parents garnir leurs tartines avec des tomates et des concombre plutôt qu’avec une sauce mayonnaise, aura tendance à le refaire, avec le temps.  Penser à mettre dans la boîte à tartine de vos enfants quelques tomates cerises ou bâtonnets de carottes, est également une bonne habitude à prendre.  Avec le temps, vos enfants en réclameront même davantage.  Depuis tout petits, les enfants copient leurs parents, frères et soeurs, amis,… Il est donc primordial que les parents initient les bonnes habitudes.  Bien sûr chaque enfant a ses préférences, mais c’est dès le plus jeune âge qu’il faut leur apprendre ce qui est bon pour sa santé.

Idem pour les encas.  Prenez vous-même un fruit plutôt qu’un biscuit, apprenez à vos enfants à apprécier les saveurs naturelles en remplaçant les bonbons par des morceaux de fruits secs.  Ou faites une salade de fruit ou un smoothie pour le goûter, ce sont de bonnes variantes pour faire passer les fruits.

Une autre manière d’habituer vos enfants est de les impliquer  : proposez-leur de peser les aliments au supermarché, de les laver et de les couper avec vous.  Un enfant qui participe à un plat sera toujours tenté (et fier) de le goûter.  Faire des pizzas à bases d’alments frais (tomates, champignon, oignons,…) avec votre enfant peut être bénéfique sur tous les points : il s’amusera et prendra l’habitude d’utiliser des aliments frais et sains.

Mais n’interdisez pas toute friandise… cela ne mènera qu’à la frustration.  Un changement alimentaire demande du temps et de la patience, mais c’est un investissement pour le futur !

Alors profitez de votre régime pour faire manger sainement toute la famille …

Publié par suzanne


Les enfants bougent trop peu !

Les enfants bougent beaucoup trop peu. Ils passent la plupart de leur temps de manière passive ou assis à regarder la télévision.

Ces faits ressortent d’une récente enquête de l’Université de Gand sur un groupe de jeunes enfants (3,5 à 5 ans), d’après les journaux belges du 19/02/2008.

Activités physiques

A peine 8% des enfants de 4 à 5 ans respectent la recommandation internationale d’une heure d’exercice physique d’intensité moyenne ou élevée par jour. Les enfants qui bougent moins ont une prédominance au surpoids dans les années futures.

Les chercheurs ont utilisé des podomètres et des accéléromètres pour mesurer l’intensité des mouvements. Il est apparu qu’en moyenne les enfants passaient 84% de leur temps éveillé sans effectuer de mouvements. Ils pratiquent de l’exercice moyen à élevé à peine 6% du temps, et 10% de leur temps de l’exercice léger.

Activité intensive

Seuls 8 enfant sur 100 respectent la recommandation d’une heure d’activité intensive par jour. Comme on pourrait s’en douter, la télévision en est la première cause : la moyenne du temps passé devant le petit écran est de 74 minutes par jour en semaine et de 140 minutes à 2h30 les weekends. Le temps consacré aux jeux en plein air est quant à lui de 15 minutes par jour en semaine et de 45 minutes le weekend.

Ce manque d’exercice physique se fait autant ressentir à la maison qu’à l’école. Les enfant sont aussi beaucoup trop peu actifs en classe et à la récréation.

Pour prévenir les futurs problèmes de surpoids dès l’enfance, il est également important de leur faire prendre conscience de l’importance d’une alimentation équilibrée. Il est important de consommer chaque jour un dix-heure et un quatre-heure, mais est-il indispensable que ce soit toujours un biscuit ou un chocolat ? Pourquoi pas un fruit ou un yaourt ? Apprenez à vos enfant à jouer avec la pyramide alimentaire, et faites leur prendre conscience dès maintenant de l’importance d’une alimentation saine et équilibrée.

Pour plus d’information sur l’alimentation saine, rendez-vous sur
Doxys.

Publié par suzanne


Distributeurs de snacks dans les écoles

Une enquête menée dans 30 lycées aux Pays-Bas a démontré que le fait d de choix dans les distribueteurs automatiques de snacks a une influence bénéfique sur leur choix

Des enquetes, tenu au 30 lycées au Pays Bas, montrent que si les jeunes ont le choix dans les machines, ils choissent un snack bon pour la santé.

Des recherchent differentes montrent qu’un jeun sur cinq entre 12 et 15 ans est gros et malheuresment ce chiffre est en augementation. Les enqueteurs ont etudie ce qu’il faut pour que les jeunes prennent un snack qui est bon pour la santé. Ils se sont rendu dans des écoles ou l’assortiment des machines étais élargi avec des produits sans sucres ou graisses. Et puis tout les snacks et sodas etait pourvu d’étiquettes qui donnaient d’information concernant les calories. En dernier, les prix des produits sains diminuait. Dans d’autres écoles rien changeait. Resultat: le faible prix des produits sans sucres ou graisse et les info sur les etiquettes augmentait pas la consommation.

par contre, l’élargisment de l’assortiment avait un effet positive sur le choix des jeunes. C’est pour ça que Voedingscentrum au Pays Bas démand de reflichir a des nouveaux produits faible en calorie pour dans les machines, mais aussi d’adapter la taille des portions.

L’introduction des snacks sain n’est pas seulement bon pour la ligne mais aussi pour la concentration des jeunes et la santé en général.

Essaye donc de rajouter des tomates cerises ou des petits carrots dans le lunchbox de vos enfants (et dans le votre aussi biensur, ou mettez des tranches de comcombre dans les sandwiches. Pensez au pommes et autres fruits du saison pour les pauzes. Des fruits sec ou noix sont aussi un bon alternative comme encas. Tout les petit adapations que vous intorduisez aujourd’hui aideront vos enfants de garder leur ligne et leur santé, pas seulement aurjourd’hui, mais pour le reste de leur vie!

Pour plus d’idées rdv sur Doxys!

Source: Nu.nl

Het Laatse Nieuws

Publié par suzanne




Top