Pour son repas de Noël, la prétendante au titre de la plus grosse femme du monde Donna a voulu Simpson à voulu frapper fort. Elle a ingurgité en moins de deux heure le repas d’une famille nombreuse ou très nombreuse. Voici son menu :

 
- 2 dindes
- 2 jambons glacés au sirop d’érable
- 5 pains
- 7 kg de pommes de terre
- 2,3 kg de farce aux herbes
- 6 litres de sauce
- 9 kilos de légumes
- 1 salade de marshmallows avec une crème de fromage et des cookies.
 
Le tout fait 30.000 calories !
 
De quoi en avoir la nausée !
 
Je suis certain que Donna Simpson ne sera pas intéressée d’utiliser le Doxys coach diététique en ligne pour l’ aider chaque jour à manger bien équilibré et à régulariser ses repas, ni à apprendre à gérer son alimentation en découvrant ses erreurs alimentaires. Elle risquerait de manger en se privant de ses précieuses calories qui l’empêcherait de grossir et de risquer de ne pas devenir la femme la plus obèse du monde.
 
Certain jour, je n’arrive pas même en faisant de gros effort à comprendre la psychologie fine de certaine personne qui semble vouloir ériger la médiocrité à son niveau le plus élevé ! Enfin, chacun son style !
 
Donna Simpson est en tout cas une personnalité forte certainement intéressante à étudier d’un point de vue psychologique voire psychiatrique !
 

Publié par philippe


L’anorexie est une maladie qui se traduit par un trouble alimentaire, le refus plus ou moins systématique de s’alimenter. Généralement, le malade souhaite au départ contrôler son poids et a peur de grossir. Il étudie minutieusement son repas et passe de longs moments à mâcher. Les adolescentes sont le plus souvent touchées par l’anorexie et certains signes doivent vous alerter : régime alimentaire hypocalorique très strict, fatigue, insomnies, chute des cheveux, sensations permanentes de froid, pertes de mémoire, disparition des règles.

Mais la personne cache bien souvent ses troubles alimentaires. En fait, elle se sent toute puissante, sereine, de pouvoir dompter son poids. Mais malgré la perte initiale des kilos en trop, la personne va continuer à perdre du poids car elle ne sent jamais assez mince, se voit toujours grosse.

Cette maladie touche surtout les adolescentes, les femmes de 15 à 18 ans. Elle arrive bien souvent après un régime, un deuil, un choc ou une déception amoureuse. Il faut donc être très vigilant même s’il est bien difficile de détecter cette maladie. En fait, l’anorexique recherche la maîtrise totale de son aspect physique et tend à gommer tous ses marques de féminité ou masculinité. Le malade ne s’aime pas et ne veut pas être aimé et paradoxe, il a peur de grossir et de ne plus être aimé.

Mais la société est surtout responsable. Tout nous renvoie l’image de la minceur : les mannequins des magazines, les stars de la télévisions, les chanteurs, la mode, le milieu scolaire et professionnel. Même si l’on trouve normal que notre adolescent(e) fasse un petit régime pour perdre ses kilos en trop au moment de l’adolescence, il faut absolument le surveiller afin qu’il ne tombe pas dans l’excès inverse et qu’il refuse ensuite toute alimentation équilibrée. Si vous désirez l’aider, consultez un diététicien. Un régime minceur doit être équilibré et fonction de sa morphologie, de son âge, de sa croissance. Il s’agit de l’aider à comprendre et à prendre conscience de son corps et de le respecter.

En aucun cas, vous ne devez le laisser continuer de façon drastique son régime, s’il a atteint l’objectif de perte de poids initial. Pour éviter toute erreur, le mieux est de vous faire aider. Si vous avez un doute, si votre adolescent(e) a beaucoup trop perdu de kilos et qu’il se sent toujours gros, réagissez ! Ne le laissez pas s’enfermer dans ce cercle vicieux et dramatique. Voici quelques signes : la personne souffre d’une peur intense de prendre du poids, l’adolescente n’a plus ses règles, la personne a une mauvaises estime de soi et se voit toujours grosse après un régime, elle refuse de maintenir son poids au niveau de son IMC.

Alors avant de débuter un régime, incitez votre enfant, votre adolescent ou votre ami, à consulter un diététicien. Il saura lui proposer des recettes minceur sur mesure.

Votre coach Doxys est à votre service.

Publié par pierre


Le surpoids est parfois psychologique

Pour mieux faire régime, sachez comprendre d’où vient votre surpoids.  On ne voit pas assez souvent le lien qui existe entre nos problèmes psychologiques et la façon dont on mange.  Pourtant on peut parfois engoufrer toute une plaque de chocolat lorsqu’on se sent déprimé, ou finir un paquet de biscuit lorsqu’on reçoit des mauvaises nouvelles.  

Vous trouverez ici quelques astuces pourront vous aider à structurer vos problèmes et à leur trouver des solutions qui vous éviteront de remplir un vide en vidant un sachet de chips…  Le pire c’est qu’après ça on se sent encore moins bien, coupable, ce qui n’améliore pas la situation.  Les graisses et les sucres renforcent la sensation d’agitation et de nervosité.  Essayez de vous contrôler en prenant plutôt un fruit frais, des noix ou un aliment complet, qui ont une influence positive sur le système nerveux et le cerveau.

Il n’est pas toujours facile de parler de ses problèmes (de poids, entre autres), mais pour la prévention il est pourtant essentiel d’être "bien dans sa tête".  Il ne faut pas forcément faire appel à un professionnel, il y a sûrement des personnes dans votre entourage à qui parler et qui comprennent votre situation.  Et s’il n’y a personne, il y a toujours les forums de discussion, comme ceux de Doxys, ou des lignes téléphoniques à disposition, qui garantissent l’anonymat.  Ne gardez pas vos problèmes pour vous… à la longue ils ne feront que s’accumuler.

Si vous pensez que votre surpoids est lié à un problème "psychologique", essayez les petites actions suivantes (éventuellement par écrit) : 

  • Décrivez votre problème de façon objective
  • Décrivez vos émotions/sentiments par rapport à ce problème
  • Listez les solutions possibles à ce problème
  • Recherchez un accord dans lequel toutes les parties voient leur intérêt, peut-être que leurs suggestions seront différentes des vôters

Auteurs: Luc Lipkens en Wouter Goris

Basé sur : "Fit zijn in je hoofd: Geestelijk gezond in 10 stappen" de Guy Van Gestel et sur www.fitinjehoofd.be

Publié par suzanne


Marcher, bon pour le corps et l’esprit

L’été est presque là, c’est le moment idéal pour commencer à être plus active physiquement. 30 minutes par jour suffisent pour obtenir des effets bénéfiques pour la santé.

Les bienfaits de 30 minutes de marche par jour sont :

  • contrôle du poids
  • diminution du cholestérol
  • diminution des risques d’hypertension
  • moins de risques de maladies cardio-vasculaire
  • diminution des risques d’ostéopérose, diabète, cancer
  • amélioration de la confiance en soi
  • moins de stress
  • diminution des risques de dépression
  • plus de concentration
  • amélioration de la condition physique, moins de fatigue

Pensez à investir une partie de votre temps libre dans votre santé, les effets se font rapidement sentir, et cela peut rester un réel plaisir, surtout avec le beau temps.

Pour vous motiver, trouvez quelqu’un avec qui vous pouvez entreprendre des balades, c’est aussi un bon moyen de renforcer des amitiés. Se joindre à un club de randonneurs est également un bon moyen de se faire des amis qui ont le même hobby.

Pas encore convaincu ? Faites le test lorsque vous vous sentez tendu, vous trouverez rapidement de l’apaisement grâce à une petite balade.

Des études scientifiques montrent que les adultes et les jeunes qui sont actifs physiquement encourrent moins de risques de dépressions, diminuent leur anxiété et développent une meilleure opinion d’eux-mêmes.
Il y a plusieurs explications à cela :

  • En étant actif physiquement, le cerveau relâche des endorphines et autres neurotransmetteurs qui procurent une sensation de bien-être.
  • La distraction est une autre explication, l’activité physique force à se concentrer sur des mouvements ou des éléments particuliers (balles, raquette,…). Cette distraction a un effet direct sue le moral pendant les moments d’anxiété.
  • La découverte de compétences. Une faible confiance dans ses capacités donne une mauvaise image de soi-même, ce qui peut mener à la dépression. Etre actif physiquement peut donner cette confiance en soi et permet de se découvrir de nouvelles compétences.

Comme vous pouvez le constater, bouger a une influence positive sur l’esprit comme sur le physique, donc enfilez vos baskets et faites disparaitre vos soucis !

Et n’oubliez pas qu’en suivant votre programme Doxys , vous pouvez tenir un journal quotidien de vos physiques.

Publié par suzanne


Pourquoi je mange trop ?

En théorie, c’est simple : pour perdre du poids, il suffit de manger moins que ce dont le corps a besoin. Mais alors pourquoi la plupart des gens mangent-ils trop ?

Notre corps dispose de plusieurs signaux pour nous signaler qu’il est rassasié (ventre lourd, nausées,…), mais la plupart d’entre nous ignorent ces signes et continuent à manger. Il y a différentes théories qui expliquent cela. Certaines sont biologiques, et proviennent de l’histoire biologique de l’humanité, du temps où la nourriture n’était pas toujours facile à trouver. D’autres sont psychologiques.

Il semblerait qu’une des plus fortes motivations de continuer à manger malgré le rassasiement est le besoin de finir son assiette. Pour certains, c’est une question d’éducation, on nous a toujours appris à terminer son assiette. Pour d’autres, c’est pour éviter d’avoir à accomoder les restes. Pour d’autres encore, c’est pour éviter le gaspillage. Parfois aussi on essaie de combler un vide dans notre vie (sensation d’insécurité, manque d’amour,…).

Voici quelques petites astuces pour manger moins :

  • Réduisez la taille de vos portions dans votre assiette. Généralement la moitié de ce qu’on prend dans son assiette est suffisante.
  • Ecoutez votre corps plutôt que votre éducation ou votre souci d’économie : pas besoin de finir une assiette si la faim n’est plus là.
  • Tenez compte de ce que vous avez déjà mangé : ne jetez pas tout de suite les os du poulet ou les emballages de bonbons. Il est important de prendre conscience de ce qu’on mange pendant une journée. Mieux, utilisez Doxys comme journal de bord de votre alimentation.
  • En général, au plus on a le choix, au plus on est tenté de manger. Evitez donc les buffets à volonté.
  • Si vous avez l’habitude de terminer votre assiettepenez à évitez les grandes portions (frites, pizzas,…), même si cela semble plus intéressant économiqument.
  • Si vous avez envie de grignoter, posez-vous la question : pourquoi ai-je envie de manger ceci ? Souvent ces envies ne sont pas liées à la faim, mais plutôt à l’ennui, à une conversation qui a mal tourné, ou encore à une mauvaise journée.

Par: "%(orange)Wouter Goris%":http://www.ready2improve.be

Source :“The truth about food” Jill Fullerton-Smith

Lisez aussi l’article : Qu’est-ce qu’une portion ?

Publié par suzanne


Je n’atteins pas mon objectif !

Ca y est, vous avez décidé de vous reprendre en main ! Que ce soit pour arrêter de fumer, pour faire plus d’exercice ou pour perdre du poids, vous vous êtes fixé un objectif ! Bon… maintenant il faut pouvoir l’atteindre : la route vers ce genre d’objectifs est toujours semée d’embûches. Voici quatre pièges classiques à éviter :

Piège 1 : manque de connaissance

Connaître et écouter son corps est important. Il faut se renseigner sur ce qui est possible et sur les bonnes méthodes à employer. C’est bien de fixer un objectif, c’est encore mieux de savoir comment y arriver. Lorsque vous avez du mal à tenir votre objectif, cherchez de l’aide, et apprenez à mieux vous connaître, il y a d’excellentes lecture sur le sujet… ou posez vos question dans nos forums de discussion.

Piège 2 : objectif irréaliste

Atteindre ses objectifs signifie grandir, mûrir. Pouvoir fixer des objectifs de manière réaliste et progressive est déjà un bon pas vers la réalisation. Parcourez le chemin vers votre objectif petit à petit, contentez-vous d’abord de quelques kilos, au lieu de tenter d’en perdre dix très rapidement. La satisfaction sera plus grande si vous remplissez souvent des petits objectifs, et vous resterez motivé tout au long du chemin.

Piège 3 : stratégie du “tout ou rien”

C’est un des pièges les plus classiques. Il faut savoir qu’il y a toujours des moments difficiles, mais il ne faut pas perdre son objectif de vue. Si la difficulté est trop grande, pensez à adapter vos objectifs plutôt qu’à tout laisser tomber. L’abandon sera vécu comme un échec, alors qu’une réévaluation des objectifs peut être perçue comme une prise de conscience, ce qui est toujours positif.

Piège 4 : remettre à demain

Faire le choix entre “agir maintenant” et “reporter à demain” est une situation à laquelle nous faisons face tous les jours. Certains sont plus enclins à agir tout de suite pour ne plus y penser, d’autres préfèrent attendre… Ces derniers risquent malheureusement de ne jamais atteindre leur but. L’organisation et la planification sont indispensables lorsqu’on souhaite perdre du poids. Utilisez votre agenda, planifiez chaque semaine vos activités pour avoir une vision globale et claire. Vous éviterez le stress par la même occasion, ce qui est toujours bénéfique !

Par: Wouter Goris

(source: Een leven lang slank zonder dieet)

Publié par suzanne




Top