C’est donc une nouvelle mise en garde de l’AFSSAPS qui tire la sonnette d’alarme à propose de la molécule orlistat contenue dans la pilule pour maigrir Alli présente également dans le Xenical.

 
La pilule Alli avait fait son entrée en scène fracassante dans le club très fermé des pilules pour maigrir lors de son lancement en 2009. Cette pilule avait acquit ces lettres de noblesse au départ pour elle une originalité : elle pouvait être achetée en pharmacies sans ordonance. Ce qui était nouveau dans le cas d’un médicament pour maigrir qui était traditionnellement délivré exclusivement sur ordonnance médicale.
 
De ce fait par la suite et c’est une des raisons de son succès, de nombreuses personnes, parfois sans souffrir nécessairement de réelle surcharge pondérale mais qui souhaitaient perdre quelques kilos se sont mises à consommer cette gélule dite miracle pour perdre du poids. 
Ce médicament donnait la promesse de pouvoir perdre du poids sans même faire aucun effort ni changer son mode de vie ni ses habitudes alimentaires. C’était évidemment impossible. Toutefois il n’en a pas fallu plus pour que le succès commercial de ce « traitement miracle » soit fulgurant.
 
On sait a présent que cette pilule n’aurait pas que des effets favorables sur la santé des personnes qui en prennent. Au contraire, elle est désormais dans le collimateur de l’Agence française de sécurité sanitaire de produits de santé. L’Afssaps a en effet tiré la sonné d’alarme et a émis en garde contre les « risque d’atteintes hépatiques rares mais graves » lors d’un traitement à base de gélules d’orlistat pour maigrir. Ces gélulules amincissantes sont vendues sous les noms d’Alli ou de Xenical. 
 
« Plusieurs cas graves d’atteintes hépatiques ont été rapportés chez des patients traités par orlistat ayant conduit dans certains cas à une transplantation hépatique voir au décès du patient. Le lien de causalité avec l’orlistat reste difficile à établir mais ne peut pas être exclu », souligne l’Afssaps.
 
 
Une réévaluation de la molécule orlistat est donc nécessaire et sera entreprise
 
Cette mise en garde concerne à la fois la pilule Alli, mais aussi le Xénical, un médicament commercialisé depuis 1998 par les laboratoires Roche. Contrairement à la pilule amiagrissante Alli, ce second médicament est vendu sur ordonnance. Alors que l’agence européenne du médicament (EMA) doit procéder prochainement à une réévaluation de  la molécule orlistat concernée, l’Afssaps souhaite « mettre en garde contre ce risque rare mais grave d’atteinte hépatique » « dans l’attente des résultats de cette réévaluation ».
 
 
Ne prenez pas de risques avec votre santé ! N’utilisez que des méthodes sans danger pour maigrir ! Le Doxys coach diététique en ligne peut vous aider efficacement à perdre du poids et ensuite à équilibrer ou rééquilibrer votre alimentation quotidienne grâce aux divers outils d’évaluation diététique et d’analyse nutritionnelles qui vous permettrons de déjouer vos erreurs alimentaires et à installer uns véritable correction des habitudes alimentaires journalières.

Publié par philippe


 Dans notre article du 14 avril dernier nous vous signalions que le laboratoire Servier avait été assigné par une femme qui voulait maigrir. Elle avait pris un coupe-faim pendant plusieurs années destiné aux diabétiques, avant d’avoir des répercussions au niveau cardiaque. Le médicament - le Médiator - avait été suspendu depuis novembre dernier. 

  

Cette estimation ressort d’une étude confidentielle de la Caisse nationale de l’assurance maladie (Cnam), selon le quotidien.
 
Dans un point de de vue paru dans Le Monde fin août le député (PS) Gérard Bapt, rapporteur spécial de la mission santé pour la Commission des finances avançait une estimation équivalente.
 
Commercialisé notamment comme antidiabétique depuis 1976 en France par le groupe Servier sous l’appellation de Médiator, le benfluorex fait partie de la famille des fenfluramines, à effet "coupe faim".
 
"Il aura fallu l’obstination d’un praticien hospitalier, le docteur Irène Frachon, et des équipes du CHU de Brest, pour que la responsabilité du Médiator dans la survenue de cas d’HTAP et de valvulopathies soit enfin reconnue (Médiator 150, sous titre censuré, éditions dialogues)", notait le député.
 
"Leurs travaux seront appuyés in fine par une étude de la Caisse nationale d’assurance maladie révélant, sur sa base de données et une cohorte d’un million de diabétiques, que le risque de chirurgie valvulaire est multiplié près de quatre fois pour les patients exposés au Médiator".
 
"Une étude universitaire évalue entre 500 et 1.000 le nombre de décès en relation directe avec le Médiator", écrivait encore Gérard Bapt.
 
Le Figaro souligne que les médecins de la Cnam ont passé à la loupe le devenir médical des patients ayant pris du Mediator pour évaluer le nombre d’hospitalisations et de morts potentiellement liés à ce médicament.
 
Doxys coach diététique en ligne peut vous aider chaque jour à manger bien équilibré et à régulariser repas, à vous apprendre à gérer votre alimentation en découvrant vos erreurs alimentaires et à manger sans vous priver … et en perdant du poids sans risquer d’hypothéquer votre santé avec des médicaments dangereux. Bien manger n’est pas évident, que ce soit dans l’alimentation journalière ou dans le cadre d’un régime pour maigrir, mincir ou pour perdre du poids. Rééquilibrer votre alimentation au quotidien en mangeant agréablement et sainement n’est pas si compliqué. Cependant cela demande de la méthode et des calculs d’équilibre alimentaires que le coach diététique en ligne Doxys réalise très facilement pour vous chaque jour dans le cadre d’une alimentation saine et équilibrée.
 

 

Publié par philippe


L’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) rappelle dans un communiqué publié le 18 décembre l’importance de respecter les indications du médicament anti-obésité Sibutral. Elle alerte également sur le risque de se procurer des médicaments pouvant contenir de la sibutramine, molécule composante du Sibutral sur internet.

La sibutramine (Abbot 1997, commercialisé sous le nom de Meridia® aux États-Unis et au Canada, sous le nom de Reductil® en Europe, sous le nom de Sibutral® en France) est un anorexigène qui entraîne une diminution de l’appétit.

L’agence européenne des médicaments (EMA) prépare une évaluation de Sibutral, prévue pour janvier 2010.

La durée du traitement du Sibutral ne doit pas dépasser un an. Ce médicament ne doit pas être prescrit aux patients présentant des antécédents cardiovasculaires, ni aux patients souffrant d’hypertension artérielle insuffisamment contrôlée.

La pression artérielle et la fréquence cardiaque doivent être régulièrement surveillées pendant le traitement.

En 2002, le laboratoire commercialisant ce médicament avait réalisé une étude portant sur l’impact de la sibutramine chez les personnes ayant des facteurs de risques cardiovasculaires. Depuis cette date, en France, ce médicament ne peut être prescrit que par des spécialistes ou des services spécialisés en endocrinologie, maladies métaboliques et cardiologie.

Sibutral s’inscrit dans le cadre d’un programme visant à contrôler le poids des patients obèses, dont l’indice de masse corporelle est supérieur à 30.

Elle permet de diminuer seulement de 5 % le poids des patients obèses. Cependant elle a  nombreux effets secondaires : insomnie, constipation, sécheresse de la bouche, céphalées, tachycardie, palpitations, hypertension artérielle.

Des décès sont survenus tant en Europe qu’aux États-Unis d’Amérique à la suite de l’absorption de ce produit proposé dans des traitements, sans surveillance cardio-vasculaire, induisant la suspension de l’autorisation de mise sur le marché en Italie en 2002

 

Publié par philippe




Top