Bien souvent, lorsque l’on décide de faire un régime pour perdre des kilos, on modifie complètement son mode de vie. Aux grandes causes, les grands moyens. Tout y passe ! On vide les placards des sucreries, gâteaux et autres confiseries industrielles. On impose à tous, enfants et maris compris, le nouveau régime que va suivre maman pour perdre du poids. Alors tout le monde est motivé à l’aider, et tout le monde s’y met. La famille change radicalement ses habitudes, son mode de vie. Et bien entendu, quand maman a perdu le premier kilo, tout le monde la félicite, l’encourage. Mais, à la longue, tout le monde regrette la soirée de fin de semaine au restaurant ou la livraison mensuelle de la pizza King Size, ou le bon petit plat du dimanche midi. Changer son alimentation pour perdre des kilos, c’est bien. L’imposer à tous l’est nettement moins. Maintenant, vous allez me dire que vous préférez, pour ne pas craquer, pour ne pas être tenté, l’imposer aux autres personnes de votre famille. Leur avez-vous demandé ce qu’ils en pensaient ? Pourquoi bouleverser complètement votre mode de vie ? Il faudrait peut-être commencer à dialoguer car changer complètement l’alimentation suppose d’être motivé, et de faire l’effort de tenir compte de vos préférences et de les leurs. Votre changement de régime alimentaire entraine des contraintes à toute la famille. Vous devez vous demander si ce changement va améliorer la qualité de votre vie de toute votre famille. Vérifiez si toute votre famille en a vraiment besoin car on peut corriger le mode de vie de différentes façons :

  • une meilleure hygiène alimentaire par la mise en place de mesures diététiques adaptées et équilibrées pour l’ensemble de la famille,

  • une meilleure hygiène de vie par l’activité physique, de préférence en commun afin de partager des moments de complicité.

Formez, éduquez votre petite famille aux avantages d’une alimentation diététique équilibrée, apprenez leur à lire les étiquettes des aliments, et également à décrypter les messages publicitaires.

L’éducation en matière de diététique est très importante car elle leur apprendra à comprendre le rôle des aliments dans leur vie quotidienne. Cette information leur sera nécessaire tout au long de leur vie. Tous les changements imposés et radicaux ne tiennent par sur la durée. Les évolutions doivent être progressives et comprises de tous. Il ne faut pas se contenter de leur dire que c’est bon pour vous, et que c’est bon pour eux. Il faut leur expliquer comment cela va leur permettre de rester en bonne santé, et pourquoi il est positif d’avoir une alimentation diététique et équilibrée. N’oubliez pas que les recettes équilibrées doivent être adaptées à votre mode de vie, qu’elles doivent correspondre à votre vie réelle quotidienne si vous voulez qu’elles réussissent. Vous serez alors le coach de votre maisonnée.

Avant de vous lancer, inscrivez-vous gratuitement sur le coach Doxys.

Publié par pierre

Publié sous ,


  Mots clés , , ,

Lien permanent aucun commentaires0


Avez-vous déjà entendu parler du régime alimentaire suivi par les habitants d’Okinawa ?

Okinawa est un archipel situé entre l’Océan Pacifique et la mer de Chine orientale. L’agriculture bénéficie d’un climat subtropical et la température moyenne annuelle est de 22,4°C. Ces informations vous permettent de situer géographiquement cet archipel. Au niveau culturel, Okinawa se distingue de la culture japonaise par l’originalité du système familial et de ses traditions culinaires. Mais, le plus intéressant est surtout l’espérance de vie de ses habitants. C’est en effet la plus longue de toutes les régions du Japon. De nombreuses études ont démontrées que cette espérance de vie était probablement liée à la nature de la cuisine locale. L’expression "ishokudogen" signifie que tout aliment est une forme de médecine. De là à résumer que ses habitants se soignent ou préviennent les maladies par leur alimentation, il n’y a qu’un pas.

Mais voyons de plus près leur cuisine. Le plat local le plus utilisé quotidiennement est le "champuru" qui est un mélange de tofu, de légumes et de porc. On trouve souvent dans les plats cuisinés, des pâtes qui ressemblent à de gros spaghettis, des bouillons à partir d’os de porc auxquels les habitants ajoutent des oignons, du poisson bouilli, de la viande de porc et de nombreuses herbes aromatiques cultivées sur cette île. Le porc est le plus souvent dégraissé et c’est la viande la plus utilisée dans leur cuisine. Un autre "légume" est largement utilisé. Il s’agit de l’"umibudoo", que l’on peut traduire par "les raisins de la mer". C’est en fait une algue en forme de grappe de raisins et que ne pousse que sur cette île. La cuisine est connue du monde entier et il n’est pas rare de voir de nombreux touristes plus intéressés par ses bienfaits que par la beauté du paysage.

En fait, si on analyse rapidement cette cuisine, elle est très diététique. De nombreux fruits et légumes locaux, du poisson bouilli (et non grillé avec des matières grasses), très peu de viande et aucun produit raffiné ou industriel. Alors, il est clair qu’il est quasiment impossible de suivre à la lettre ce régime car nous n’avons pas dans nos supermarchés les produits propres à cette région. Mais en s’inspirant de ce régime alimentaire, on peut au moins suivre les préceptes suivants :

  • Une consommation quotidienne de fruits et de légumes de saison. Ces derniers seront de préférence cuits à l’eau ou à la vapeur
  • Une consommation de poissons supérieure à celle de la viande.
  • Des bouillons à base de légumes et d’herbes aromatiques.
  • La viande sera de préférence dégraissée et consommée en quantité moindre que notre consommation quotidienne occidentale.

Si l’on peut se soigner par les aliments et augmenter son espérance de vie, pourquoi ne pas essayer ? Si en plus cela nous permet de perdre des kilos, c’est un excellent régime alimentaire, plein de bon sens.

Si vous souhaitez recevoir des conseils pour une cuisine pleine de bon sens, inscrivez-vous à Doxys, votre coach diététique en ligne !

Publié par pierre


L’allergie au lait de vache est une réaction anormale du système immunitaire. Le corps produit des anticorps, contre certaines protéines qui se trouvent dans le lait de vache. On note souvent cette réaction chez les nourrissons, car leur système de digestion n’est pas encore à maturité. Les protéines du lait de vache sont normalement coupées en petits morceaux dans l’intestin, par des enzymes (lactase). Ainsi, elles peuvent être absorbées par les parois de l’intestin, avant d’être transportés vers les cellules de notre corps, comme énergie. La paroi de l’intestin est donc comme un filtre. Chez les nourrissons, les "trous" dans le filtre sont encore trop grands, et la protéine du lait est donc absorbée en trop grands morceaux dans le sang. Les nourrissons nourris au biberon absorbent des quantités considérables, et courent donc un plus grand risque.

Les organismes des personnes ayant des tendances allergiques, reconnaissent donc ces grands morceaux comme "étranges et non souhaités", et commencent à former des anticorps. Ces anticorps spécifiques se collent sur d’autres cellules spéciales; les cellules de débris. Ces dernières se trouvent partout dans le corps mais surtout dans la peau, les muqueuses du système respiratoire et les intestins. Si le nourrisson continue à boire du lait de vache, des morceaux de protéine de plus en plus grands, s’attachent aux cellules de débris, qui vont s’activer et vont relâcher leur contenance dans leur environnement, avec comme résultat des problèmes d’eczéma, d’asthme ou d’autres réactions. Chez les nourrissons, le lait de vache est la plus grand  cause de problèmes, mais aussi chez les petits enfants et les adolescents. Même chez les adultes, le lait de vache peut causer des problèmes.

Quels symptômes peuvent indiquer une allergie au lait de vache?

  • La peau : des éruptions, de l’eczéma, des boutons (urticaire), un œdème (des paupières, des lèvres, de la bouche ou même de la gorge).
  • La voie respiratoire : asthme, bronchites, rhumes, conjonctivites
  • La voie intestinale : vomissement, diarrhée, constipation, colique, maux de ventre, nausée, refus de manger
  • Autres : pleurer sans cesse (chez les nourrissons), changement de comportement,  migraines, choc anaphylactique.

Comment détecter ces symptômes?

Quand on constate visuellement les problèmes mentionnés ci-dessus, il vaut mieux contacter votre médecin généraliste ou votre pédiatre, pour commencer les recherches d’allergie, afin de diagnostiquer une allergie au lait de vache ou autre.

En quoi consistent les examens d’allergie?

  • des questions par rapport aux allergies du point de vue héréditaire
  • des questions sur votre façon de manger
  • des questions sur les symptômes
  • un examen physique
  • une prise de sang ou le prélèvement d’un échantillon de peau

Comment traiter les allergies?

Régime

Pour éviter que les symptômes persistent, il est nécessaire de suivre un régime alimentaire strict et d’être cohérent. Chez les nourrissons, il faut prendre des précautions diététiques pour éviter d’autres allergies alimentaires.

Médicaments

De temps en temps, on ne peut pas éviter les problèmes en suivant simplement un régime alimentaire. I convient de suivre une ordonnance médicale avec prise de médicaments. Il faut toujours aller chez le médecin ou le spécialiste dans le cas d’une allergie alimentaire. Vous pouvez aussi aller voir un diététicien qui peut vous aider à manger équilibré, malgré les interdits.

Mesures diététiques pour les nourrissons :

  • Allaitement, la maman doit suivre un régime hypo allergène
  • Biberon à la poudre de lait hypo allergène
  • Sevrage qu’à partir de 6 mois
  • Introduction des solides allergènes (lait, soja, blé, cacahuète, noix, poisson, crustacé) qu’après consultation d’un médecin ou d’un diététicien. Pour l’œuf, les cacahuètes et les crustacés, il vaut mieux attendre le deuxième anniversaire.

Des mesures diététiques pour enfants et adultes :

Eviter le plus possible le lait de vache et les produits qui contiennent du lait de vache. Pour cela, demandez à votre diététicien une liste de produits et de marques à  utiliser. Dans certains cas, vous pouvez utiliser, après avoir été conseillé par votre médecin traitant ou votre diététicien, un substitut au lait, de type hypo allergène, pour les enfants et les adultes, ou encore des suppléments de vitamines et minéraux. Le lait de soja est également un produit allergène. Il peut être donné à partir d’un ou deux ans, comme substitut au lait de vache à quasiment tous les enfants et adultes. Varier le plus possible votre nourriture pour éviter d’autres allergies alimentaires.

Un enfant peut-il vaincre une allergie?

L’allergie au lait de vache peut disparaitre spontanément  au cours de la petite enfance. L’enfant peut, dans ce cas, consommer du lait de vache sans avoir de problème. Pourtant, il est à noter que l’enfant gardera généralement sa tendance allergique qui peut se manifester, par exemple, par de l’asthme ou un rhume des foins.

Peut-on éviter des allergies alimentaires?

L’hérédité est la clef principale des allergies alimentaires. L’enfant la ou les reçoit dès sa naissance. Cela ne veut pas forcément dire que l’enfant va développer ces allergies. Elles seront aussi fonction de son environnement et du type de nourriture avec lesquels il va se développer.

Allergie au lait de vache et vie familiale

Une allergie au lait de vache demande quelques adaptations de la vie familiale. Pas seulement au cours des prises de repas, mais aussi dans la vie sociale.  Bien entendu, vous aurez beaucoup d’interrogations concernant votre vie quotidienne, le fait de vivre avec une allergie alimentaire au lait de vache, les aliments que vous pouvez ou non acheter et cuisiner, les gâteaux d’anniversaire, les fêtes avec ses amis etc.. Aujourd’hui, on trouve de nombreux substituts et de nombreux ouvrages traitant de ce sujet. Vous trouverez certainement les réponses à vos préoccupations. 

Sur internet, vous pourrez accéder aux forums et échanger avec d’autres parents confrontés au même problème, trouver des magasins diététiques, bio, où vous pourrez acheter les produits qui vous conviennent.

Publié par pierre


Les troubles alimentaires comme la boulimie ou l’anorexie ne sont malheureusement plus réservées aux jeunes filles en quête de minceur. De plus en plus de femmes, âgées de quarante ans ou plus, subissent une pression psychologique quotidienne. Que ce soit dans le culte de la jeunesse ou de la minceur. Tous les magazines, les séries télévisées et leur environnement socioprofessionnel leur rappellent qu’elles se doivent de rester jeunes et minces. Elles se sentent bien souvent en compétition, mises sur la sellette alors que leur évolution physique est inévitable. Devant cette préoccupation excessive de leur apparence, elles ont peur de vieillir et de prendre des kilos en trop. Aussi, il ne faut pas s’étonner si nombre d’entre elles sont victimes de troubles alimentaires et de dépression, se font vomir ou perdent beaucoup trop de poids, à en devenir parfois anorexique. Ces troubles du comportement alimentaire sont très graves et doivent être soignés. Malheureusement, bien souvent elles ne reconnaissent pas leurs problèmes et préfèrent les cacher ou les ignorer. Si vous vous trouvez dans ce cas, il est indispensable de restaurer votre équilibre alimentaire en collaboration avec un diététicien. Il va vous falloir également rétablir une image positive de votre corps, l’accepter. Les mauvais comportements alimentaires seront à corriger avec doigté et intelligence. Faites vous aider ! Un diététicien est un professionnel qualifié qui saura prendre en compte votre souffrance et ajuster votre régime alimentaire à votre cas. Un psychothérapeute pourra éventuellement vous aider à accepter votre corps, votre âge et vous permettre de rétablir une image positive de vous-même. Enfin, il vous faudra également ajuster les activités sportives en fonction de votre objectif, éviter le sport à outrance.

Si vous avez réellement des kilos à perdre, un régime minceur s’impose. Mais attention, pas n’importe comment. On ne vous rappellera jamais assez le rôle prépondérant d’un coach en diététique. Pour diminuer votre sensation de faim, buvez beaucoup d’eau, minérale de préférence, du thé, des tisanes et des bouillons. Il vous faudra également réapprendre à mastiquer et à manger lentement, à prendre votre temps pour atteindre la sensation de satiété (plutôt que celle de remplissage dans le cas de boulimie). En fait, si vous mangez en 5 minutes, vous aurez encore faim dans 5 minutes ! Evitez d’acheter et de stocker des produits interdits par votre diététicien (les sucreries, les bonbons, les biscuits, le chocolat…). Remplissez votre frigo des produits autorisés. Si vous sentez qu’une fringale arrive, allez marcher ou buvez un grand verre d’eau. Ces trucs vous permettront d’attendre l’heure du repas suivant. Lors de votre régime minceur, ne craquez pas, ne vous jeter pas sur des grignotages. Essayez également de repérer vos périodes de grignotages. Plusieurs facteurs peuvent les déclencher : le stress, une remarque, une réprimande, un coup de fatigue, l’ennui, la solitude. Si vous savez mettre un nom sur la raison de vos grignotages, vous saurez les maîtriser. Bien souvent, les moments de grignotage surviennent aux mêmes moments. Dans ce cas, occupez-vous à l’instant T, allez prendre l’air, faîtes du sport.

Les troubles du comportement alimentaire, quels qu’ils soient ne sont pas une fatalité. Apprendre à équilibrer son alimentation, à faire une cuisine minceur, pour maigrir intelligemment, est à votre portée.

Si vous désirez un coach en diététique, Doxys est là pour vous.  

Publié par pierre




Top