L’automne est de retour, nos balades champêtres ou dans les bois ou sous-bois nous permettrons peut-être de découvrir de délicieux champignons.

 

Attention toutefois a bien distinguer les champignons si vous n’avez que l’habitude d’acheter vos champignons dans les super-marchés.

Nous vous conseillons de vous faire aider de personnes compétentes et/ou de consulter par exelmple le site suivant :

http://www.atlas-des-champignons.com/reconnaitre.asp

Des accidents mortels sont malheureusement à déplorer chaque année!

 

La girolle ou chanterelle est un des champignons les plus appréciés, pour sa chair épaisse et toujours saine, restant croquante et goûteuse après cuisson.

 Plus d’infos :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Girolle_(champignon)

 

Recette de la poëllée de girolles

 

poelee-de-girolles

  •  
  • Nb de personnes : 4
  • Difficulté : Facile
  • Coût :Bon marché
  • Préparation : 
  • Cuisson : 
  • Temps total : 

INGRÉDIENTS

 

   

500 g de girolle

   

gousses d’ail 

   

persil plat

   

3 c. à soupe d’huile d’olive 

 

RECETTEPoêlée de girolles

 

Lavez les girolles sous l’eau courante, sans les faire tremper. Brossez-les délicatement. Egouttez-les et essuyez-les avec un linge propre.
Hachez l’ail et le persil et mélangez-les pour préparer une persillade.
Faites revenir les girolles dans une poêle bien chaude avec 1 cuillère à soupe d’huile. Remuez de temps en temps jusqu’à ce que les girolles rejettent leur eau de végétation. Egouttez les champignons et videz la poêle de l’eau dégorgée.
Faites chauffer l’huile restante dans la poêle, sur feu doux, déposez les girolles avec la persillade, mélangez délicatement et faites cuire quelques minutes. Salez et poivrez.
Servez aussitôt.  

 

Publié par philippe


Chez les hommes de plus de 40 ans manger beaucoup de fruits et de laitages et en même temps réduire sa consommation de légumes et de viande signifierait avoir moins de chances de souffrir de pré hypertension ou d’hypertension. C’est du moins que que semble indiquer les résultats d’ une étude publiée le 1er mars dans la revue British Journal of Nutrition.

Ce sont les chercheurs de Chine, de Corée du Sud et des États-Unis qui ont découvert dans une étude portant sur 40 000 hommes d’âge moyen et avancé de Shanghai, en Chine que les habitudes alimentaires jouent un rôle déterminant dans le risque ou non de développer de l’hypertension artérielle, tout au moins dans les pays en voie de développement.

Les observations ont démontrées que ce sont les personnes ayant la tension artérielle la plus basse ainsi que les chances les plus réduites de souffrir de préhypertension et d’hypertension qui sont celles qui consomment beaucoup de fruits et de laitages et d’alcool selon les chercheurs.

On pensait généralement que l’hypertension était un trouble des pays développés. Or cela ne semble plus être le cas car  l’ OMS Organisation mondiale de la santé a mis en évidence que l’hypertension qui est le trouble cardiovasculaire le plus fréquent et qui touche plus ou moins 20% de la population adulte de l’ensemble des pays du globe et non plus seulement des pays développés.

L’OMS va beaucoup plus loin car elle estime à présent que plus de 50% des handicaps dus aux maladies cardiovasculaires et des décès résultant des accidents vasculaires cérébraux (AVC) pourraient être évités au moyen de mesures nationales simples, peu coûteuses et efficaces et d’actions individuelles pour réduire les principaux facteurs de risque, comme l’hypercholestérolémie, l’obésité et le tabagisme.

Terminons par souligner qu’il s’agit d’une étude probante car elle a porté sur 39.252 hommes sans antécédents d’hypertension, de diabète, de maladie coronarienne, d’AVC, ou d’usage de médicaments contre l’hypertension. Dans cette étude ce sont l’ensemble des habitudes alimentaires qui ont été classifiées et disséquées du point de vue de la consommation relative de légumes, les fruits, les laitages et la viande.

DOXYS  coach diététique en ligne recommande après l’analyse du poids préconisé, une alimentation saine et équilibrée, réduite en sel, apportant une quantité suffisante de sucres dits lents (glucides complexes) au détriment d’un excès de sucres rapides (monosaccharoses, appelés encore sucres simples) ainsi qu’un apport bien contrôlé en cholestérol. Notre coach diététique permet d’analyser les menus journaliers et de bâtir des menus savoureux, sains et nutritionnellement équilibrés.

Plus d’informations :

Etude complète (en anglais): http://journals.cambridge.org/action/displayAbstract?fromPage=online&aid=7293220


Publié par philippe


Beaucoup de stratégies existent pour maigrir. De nombreuses études tentent d’apporter une réponse définitive à la question. Une question que beaucoup de personnes se posent est de savoir s’il vaut-il mieux, pour maigrir, réduire considérablement l’apport en aliments riches en graisses ou augmenter sa quantité de fruits et légumes consommée journellement ?

Une étude québécoise récente semble démontrer qu’à court terme, consommer moins de graisses serait plus efficace en terme de perte de poids et donc d’amaigrissement net, mais qu’à long terme, privilégier les fruits et légumes pourrait donner de meilleurs résultats. 

L’étude a été menée auprès de 68 femmes en âge de ménopause et qui étaient en excès de poids.

Un premier groupe de 33 femmes devait diminuer sa consommation d’aliments à haute teneur en graisses, tels que fritures, les sucreries ou les pâtisseries. Un second groupe, formé de 35 femmes, devait consommer davantage de fruits et légumes.

« Il n’y a rien dans les fruits et légumes qui favorisent la perte de poids, précise Annie Lapointe, coordonnatrice du projet de recherche et candidate au doctorat à l’Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels (INAF) de l’Université Laval. Seulement, on s’est dit qu’en en mangeant plus, les femmes réduiraient probablement leur consommation d’autres aliments, notamment ceux à haute densité calorique. »

Le projet a duré 6 mois, au cours desquels les femmes ont eu droit à 3 cours de groupe sur la cuisine et l’alimentation, et 10 entretiens en privé avec une diététicienne.

 

Quels ont été les résultats ?

Les femmes qui avaient essayé de réduire leur consommation de graisses ont perdu 3,5 kg en moyenne. Celles qui avaient augmenté leur consommation de fruits et légumes n’ont perdu que 1,6 kg. Il semblerait donc en première analyse que diminuer les graisses semble donc la solution à privilégier pour réduire sa masse graisseuse et son tour de taille.

Cependant attention aux conclusions hâtives car selon Annie Lapointe l’arbre peut cacher la forêt !

« J’ai revu les femmes 6 mois, puis 12 mois après la fin du projet, explique Annie Lapointe. Il n’y avait plus de différence significative entre les 2 groupes. Autrement dit, les femmes qui avaient tenté de réduire leur apport en gras avaient repris un peu plus de poids que celles qui avaient augmenté leur consommation de fruits et légumes. » Cette conclusion tombe sous le sens, croit la chercheuse, car les mesures restrictives sont souvent difficiles à maintenir.

Il semble donc après analyse plus approfondie des résultats qu’il n’y ait pas de recette miracle pour maigrir ou perdre du poids. « L’idéal, c’est de combiner les 2 approches », dit Annie Lapointe. Si on mange plus de fruits et légumes, on aura normalement moins faim et il sera alors plus facile de réduire sa consommation d’aliments gras, soutient-elle.

Rappelons que mincir est plutôt une stratégie à court terme, mais que maigrir réellement et perdre du poids demande une stratégie sur le long terme bien réfléchie et planifiée.

DOXYS coach diététique en ligne est là pour vous aider à planifier et à mener à bien votre stratégie minceur en vous stimulant au jour le jour dans votre perte de poids, amincissement ou amaigrissement à court et long terme de manière corriger vos erreurs alimentaires et à vous réapprendre à manger sainement sur un long terme. 

 

 


Publié par philippe


C’est le Printemps, si si même si les nuages cachent le soleil, c’est le moment de faire le plein de vitamines, et de rebooster votre moral. Petite revue de ce que vous pouvez trouver actuellement sur les marchés et dans vos supermarchés.

Les asperges blanches, vertes ou violettes sont digestes et légères. Pour les choisir, préférez les asperges bien droites avec de beaux bourgeons, des écailles bien serrées. Elles peuvent se conserver 3 jours dans un linge propre, pointes vers le haut de préférence, et dans le bac de votre réfrigérateur. C’est l’aliment minceur par excellence. Elle est légère (150 gr = 40 kcal) si on ne la plonge pas constamment dans une sauce blanche ! Elle est très active car elle contient des fibres et ses qualités diurétiques stimulent votre fonctionnement rénal. Un autre conseil, mieux vaut la cuire à la vapeur qu’à l’eau bouillante. Ainsi elle ne perdra pas ses minéraux dans l’eau de cuisson. A insérer sans modération dans vos recettes minceur !

L’artichaut, seul ou en bouquet, est à consommer rapidement ! Quel euphémisme quand on sait que le manger peut prendre un bon moment. Pour atteindre son cœur, il faut être bien patient et enlever ses feuilles, une par une…Il est léger (40 kcal pour 100 gr) et il fournit des glucides très spécifiques comme l’inuline. Il contient beaucoup de potassium, magnésium, calcium et fer, et fournit également des vitamines, des antioxydants. Enfin il est bien connu pour ses fonctions d’élimination urinaire et intestinale. Certaines personnes consomment l’eau de cuisson pour réactiver leur organisme. Il est aussi utilisé dans la préparation de médicaments. N’oubliez pas de consommer ses feuilles (plutôt la partie qui se trouve à la base) et d’éplucher sa tige. Si vous en avez l’occasion, essayez les artichauts en bouquets : c’est comme le cochon, TOUT se mange. Un légume à consommer à volonté dans le cas de votre régime minceur !

La tomate : que de variétés, de goûts, de tailles, de couleurs et quel parfum ! Ce fruit peut être consommé, selon vos goûts, mur ou vert, avec ou sans jus, avec ou sans pépin, cru ou cuit. Bref, tout vous est permis. Sachez que la tomate se conserve de préférence à température ambiante, dans une corbeille de fruits. Mais, tout le monde fait l’erreur de la mettre dans le réfrigérateur. Elle contient beaucoup de potassium, peu de sodium et elle est naturellement diurétique car elle est riche en eau (environ 95%), donc elle stimule vos reins. Elle est particulièrement légère (15 kcal pour 100 gr) et elle vous apporte des micronutriments essentiels (vitamines C, E, caroténoïdes…). Si vous en doutiez encore, ce fruit est délicieux même en croc-sel et il peut se consommer quotidiennement. Petite astuce si vous voulez hydrater votre peau : choisissez une tomate grosse et bien mûre et couper deux grosses rondelles. Puis passez-les sur votre visage pendant cinq bonnes minutes. Effet fraicheur et bonne mine garanti.

La Fraise arrive. Ce joli fruit très parfumé vous apporte du calcium et des acides organiques. Elle peut contribuer à améliorer votre organisme et favorise la prévention de l’ostéoporose. Une légende affirme même que la fraise est antirhumatismale car elle contient de l’acide salicylique (constituant de l’aspirine). Très peu calorique lorsqu’elle n’est pas immergée dans de la crème fouettée, ni recouverte de sucre ! Si vous l’aimez, consommez les plus petites variétés, beaucoup plus sucrées et gorgées de soleil.

On ne vous le dira jamais assez, les fruits et les légumes frais sont vos alliés nutritionnels. Riches en eau, en fibres, en vitamines et minéraux, en polyphénols, ils participent à votre capital santé et à votre équilibre alimentaire. Alors sortez les acheter, les comparer et les préparer. Votre coach Doxys saura vous indiquer des recettes minceur.

Publié par pierre


Les fruits et légumes, ces aliments si prisés par nos papilles, repoussés par d’autres, ont une histoire. Certains ont été importés de contrées bien lointaines, d’autres ont été oubliés, d’autres encore reviennent à la mode ou sont simplement pratiques à stocker et à consommer. Mais d’où viennent-ils ?

Il y a bien longtemps, c’était le temps de la cueillette car les hommes vivaient de chasse et de cueillette. Ainsi à la période Paléolithique (de 30 000 à 10 000 ans avant Jésus Christ), les hommes consommaient des baies, des salades et des épinards sauvages. Dès le Néolithique, les hommes se rendirent compte qu’ils pouvaient en conserver certains ou même en garder les graines. Ainsi les plantes qui étaient sélectionnées (parties feuille, fruit et racine) étaient tout simplement replantées. Certaines de ces plantes étaient greffées et les variétés évoluaient en fonction des croisements. Ce que l’on nomme aujourd’hui l’agriculture, c’est-à-dire l’art de cultiver une plante, est vraisemblablement apparu dans la zone du croissant fertile vers le VIIème millénaire. Cette immense zone géographique, de la Mésopotamie à l’Egypte, a vue également apparaître les premières civilisations, les célèbres jardins suspendus, qui n’étaient d’autres que des vergers et des potagers irrigués par des systèmes vraiment sophistiqués pour l’époque. Plus tard les populations de la Méditerranée commencèrent l’arboriculture (plantations d’oliviers, de figuiers et de vignes) et le maraîchage.

Les peuples conquérants rapportaient de leurs conquêtes, des plants, des légumes et des arbres fruitiers. Pour la petite histoire, la rhubarbe et le fenouil ont été rapportés d’Orient par Alexandre le Grand, l’artichaut vient d’Afrique du Nord.

Autre petit saut dans le temps : au Moyen Age, les légumes étaient déclarés impurs par l’Eglise et seuls les moines avaient le droit de cultiver un potager. Les paysans étaient contraints de manger les légumes-racines comme les carottes, le navet, le topinambour ou la betterave. Il faut attendre la Renaissance, pour voir arriver une plus grande variété et consommation des fruits et les légumes.

Autres informations que l’on aime bien partager :

La pomme de terre est apparue à la Cordillère des Andes, chez les Incas, ainsi que la tomate, le maïs et le cacao. Notre fameux Parmentier, pharmacien militaire a un jour, goûté cet « étrange » légume destiné aux porcs. Dès lors, il rédigea un traité et il faut savoir que c’est la pomme de terre qui sauva certains peuples de la disette. La tomate est montée à Paris à la fin du XVIIIème siècle. !

Enfin, sachez que les vertus des légumes et des fruits ne sont connues et diffusées que depuis peu, 1950. Et on remarque que plus le niveau de vie augmente, mieux on mange, plus notre consommation alimentaire est équilibrée. Aujourd’hui, les légumes et les fruits restent accessibles dans le monde entier et on les consomme quotidiennement (au moins on essaye les fameux 5) dans le cadre d’une cuisine minceur, pour perdre des kilos mais aussi pour obtenir une alimentation beaucoup plus équilibrée et diététique.

Certains fruits et légumes oubliés, réapparaissent dans nos assiettes. Le cardon, proche de l’artichaut est très apprécié par les connaisseurs car sa saveur est subtile. Le crosne, ce tubercule originaire de la Chine peut être acheté prêt à l’emploi. La pomme de terre primeur, cultivée avant sa maturité, est une bonne source en vitamine C même après sa cuisson.

Nos ancêtres ont bien travaillé. Ils ont su regarder, étudier, planter et développer les fruits et les légumes. Si nous sommes nombreux à avoir des kilos à perdre, si nous devons maigrir ou mincir, c’est que nous avons tous oubliés que nous venons de la terre. Il suffit donc de ne pas l’oublier. Nos ancêtres ont su adapter les fruits et les légumes à nos papilles, les faire évoluer pour satisfaire nos besoins.

Aujourd’hui, nous devons perpétuer nos traditions et respecter notre agriculture. La nature nous apporte suffisamment pour notre bien être, notre équilibre alimentaire, mais aussi pour notre ligne. Si nous respectons notre corps, nous devons l’alimenter correctement, tout comme on arrose une plante pour qu’elle pousse correctement.

Publié par pierre




Top