Les personnes qui suivent certains traitements pour l’hypertension ou pour le cœur ne peuvent généralement pas consommer de pamplemousse car celui-ci perturbe l’effet des médicaments qu’ils prennent pour traiter leur affection.

 

Afin de pouvoir  répondre à ce problème, la revue Scientific American a publié une étude le 8 novembre sur un nouveau pamplemousse hybride sans pépin qui n’occasionnerait pas ces mêmes effets secondaires sur l’hypertension ou le traitement des maladies cardiaques.

Conçu par des scientifiques de l’Université de Floride, il contient "très très peu, voire pas du tout de furocoumarines" – un composé pouvant accroître dangereusement le dosage de certains médicaments, selon le spécialiste Fred Gmitte cité dans l’article. Pour créer ce nouveau fruit, le professeur Gmitte et son équipe ont croisé un pomélo avec un pamplemousse ordinaire. D’autres aliments comme le céleri et le citron disposent de niveaux très faibles de furocoumarines, et sont considérés comme "sûrs" pour les patients sous traitement.

 

D’où vient le pamplemousse ?

Le mot est attesté en français dès la fin du XVIIe siècle pour désigner C. maxima, puis au XXe siècle pour désigner également C. paradisi . Le mot pomélo est emprunté à l’anglais pomelo ; son origine est incertaine : certains ont suggéré une composition pome-melon, hypothèse jugée douteuse, car une telle forme composée n’a jamais été attestée ; d’autres, une altération du mot néerlandais pompelmoes.

 

Pomélo, pamplemousse ou hybribe ?

Le mot pomelo est attesté en anglais au début du XIXe siècle sous la forme pommelo, et désignait d’abord C. maxima, mais aussi C. paradisi durant la seconde moitié du XIXe siècle.Aujourd’hui, les sources averties font soigneusement la distinction, en utilisant «pamplemousse» pour C. maxima et «pomélo» pour C. paradisi, et cela tant en France qu’au Québec.

Pour accentuer la confusion, ce dernier, énorme, très lourd (dont la chair remplie de nombreux pépins est recouverte par une peau épaisse et aromatique) est parfois commercialisé en France sous la dénomination de pomelo exotique». La confusion est accentuée par l’usage actuel de pomelo en anglais pour désigner C. maxima.

En attendant de pouvoir consommer ce hybride de pamplemousse – pomélo, Doxys coach diététique en ligne avec ses 10 outils de coaching vous conseille de varier au maximum votre apport nutritionnel, de manière à éviter toute carence et spécifiquement pour les fruits et légumes que nous conseillons bien entendu de consommer de saison.

 

 

Publié par philippe


La baie d’acaï est un fruit brésilien qui vient d’un palmier appelé « açaizeiro » et qui pousse dans le nord du Brésil. La baie d’acai est souvent citée pour ses effets amincissants voire amaigrissants.
 
Aussi, elle s’est faite petit à petit une place dans de nombreux régimes alimentaires à la mode. Depuis l’ère précolombienne, les guerriers indigènes croient que le fait de s’alimenter de ce fruit leur permet de gagner en force et/ou en intelligence.

L’acaï est très riche en nutriments comme les acides gras essentiels, les acides aminés, les vitamines B1, B2 et B3, le fer, le calcium, le phosphore et est une très bonne source de fibres diététiques et minéraux essentiels c’est-à-dire qui doivent être apportés par les aliments. En 2005, les rapports de l’Université d’Amherst ont établi, après 4 ans d’études, la présence d’oméga 3, 6 et 9, de xanthones.
 
Nous connaissons les bienfaits du vin rouge (à consommation modérée), notamment son pouvoir anti-oxydant et donc anti-inflammatoire. Ce pouvoir anti-oxydant de la baie d’acaï est 10 fois plus puissant que celui du vin et surpasse même celui de tous les autres fruits. Du fait de sa richesse en anthocyanines, on a un effet important de protection  des cellules de l’organisme et pour combattre les maladies cardiaques, le vieillissement, le diabète, l’inflammation, les infections bactériennes, les maladies neurologiques aini que le cancer.

Ils permettent en même temps une plus grande protection des petits et des gros vaisseaux sanguins, favorisant ainsi la baisse des risques de diabète.
 
 

Comment en consommer ?

 
Il est recommandé de prendre l’acaï en poudre, en capsules, en smoothies en bouteille ou en pulpe gelée, car étant donné que ce fruit ne résiste pas au transport, il est extrêmement rare de trouver une grande quantité d’acaï pure dans des produits alimentaires. Seulement 10% du fruit entier constituent des éléments comestibles, la pulpe et la peau.


baie acai
Prudence toutefois car à ce jour, aucune étude n’a encore pu vraiment démontrer qu’en consommer en grande quantité aiderait à perdre du poids. Contrairement à ce qu’il est dit et qui continue d’être clamé dans certains régimes farfelus, le fruit n’entraîne pas de consommation plus rapide de l’excès de graisse présente en excès dans l’organisme.
 
Cependant sa consommation même régulière ne semble pas dénue d’intérêt pour notre organisme. En effet, des scientifiques japonais ont découvert que la consommation de ce fruit pourrait être efficace dans la démarche pour maigrir, en raison de sa concentration en anthocyanines. Ils aident à absorber les graisses stockées et à les drainer. L’acaï agirait aussi comme stimulant dans une activité physique plus élargie et plus poussée. Elle contient de nombreux ingrédients qui freinent l’appétit, augmentent le métabolisme et aident à construire du muscle. En résumé, il semblerait que la baie d’acaï contient de nombreuses vertus thérapeutiques.


Elle contribuerait à la bonne santé du coeur en permettant une bonne circulation du sang. Elle préviendrai et retarderait le vieillissement grâce aux effets qu’apportent ses nutriments sur l’organisme humain. Elle stimulerait le système immunitaire, améliorerait l’aspect de la peau et favorise la détoxication des cellules en proie à une maladie. Et enfin, elle entraînerait une meilleure régulation de la quantité de sucre dans le sang, en réduisant le cholestérol et participe au bon fonctionnement du système digestif.
 
Ceci étant, ne vous attendez pas à un miracle si vous désirez perdre du poids efficacement et rapidement. Il ne suffit pas de juste consommer ce fruit ou des produits et médicaments à base d’acaï en grande quantité et d’attendre les effets souhaités.
 
En consommer pourrait aider à maigrir certes, mais cela nécessite également de la volonté, dela détermination ainsi q’ une surveillance rapprochée de votre régime alimentaire et de l’exercice physique. Cependant, on sait qu’il n’y a pas d’effets secondaires dans la consommation de l’acaï, ni chez les personnes qui suivent un traitement médicamenteux, ni chez les femmes en période de grossesse.
 
Nous vous rappelons que DOXYS coach diététique en ligne est toujours prêt pour vous apprendre à équilibrer votre alimentation, à mincir et ou à maigrir sans risque pour votre santé

Publié par philippe


Parce qu’elles résistent à la digestion dans l’intestin, les fibres alimentaires n’ont pas de valeur nutritionnelle en tant que telles et n’apportent pas de calories.  De plus une alimentation riche en fibres contribuera également à réduire le taux de cholestérol.

 

Le rôle des fibres est avant tout important pour avoir un  transit intestinal correct.  De plus elles ont un effet positif sur la satiété car elles retardent la sensation de faim. Les fibres limitent également le risque de surconsommation alimentaire et donc contribuent à prévenir l’obésité.

 

Une alimentation riche en fibres contribuera aussi à réduire le taux de cholestérol sanguin et à prévenir les maladies coronariennes et cardio-vasulaires en général.
 

 

 

Comment tous ces "miracles alimentaires" sont-ils possibles ?

Les fibres alimentaires sont les parties d’origine végétale non transformées par les enzymes de la digestion. Cependant elles constituent un élément indispensable au bon fonctionnement du transit intestinal.

 
Il y a deux types de fibres :
 
les fibres solubles dans l’eau : les pectines, les mucilages, qui forment des gels visqueux avec l’eau. Certaines fibres solubles contribuent à réduire le taux de cholestérol et la glycémie.
 
les fibres insolubles dans l’eau : la cellulose, les hémicelluloses, la lignine. Ces fibres augmentent le transit intestinal dans le système digestif et contribuent à l’augmentation des selles. Elles jouent donc un rôle primordial pour les personnes qui souffrent de constipation ou d’irrégularité des selles.
 
De part le fait qu’elles sont résistantes à la digestion dans l’intestin, les fibres alimentaires n’ont pas de valeur nutritionnelle.
Le rôle des fibres est important dans le transit intestinal car elles augmentent le volume du bol alimentaire et aussi les fibres augmentent la consistance des selles grâce à leur pouvoir hygroscopique (d’absorption de l’eau). Les fibres stimulent la contraction du gros intestin (la motilité) et favorisent aussi l’activité bactérienne dans le côlon (maintient de la flore intestinale).
 
C’est pour cette raison qu’une carence en fibres peut mener à des troubles gastriques et intestinaux tel que la constipation ou la diarrhée.
 
Les fibres ont également un effet positif sur la satiété car elles retardent la sensation de faim, et limitent ainsi le risque de surcharge alimentaire. Les fibres jourent donc un rôle important dans la prévention de l’obésité.
 

Les fibres ne diminuent-elles pas l’absortion des sels minéraux ?
 
Les fibres en tant que telles ne se lient pas aux sels minéraux et vitamines et donc ne diminuent pas leur absorption. A l’inverse, les fibres solubles concourent à améliorer l’absorption des sels minéraux, et en particulier l’absorption du calcium. 
 
La confusion vient du fait  que certains aliments végétaux peuvent dans certains cas réduire l’absorption des minéraux et vitamines comme le calcium, le zinc, la vitamine C et le magnésium. Cependant ce phénomène ne se produit qu’en présence d’acide phytique et pas en présence de fibres.
 
 
Les fibres diminuent-elles le taux de cholestérol ?
 
Effectivement, un des effets direct d’une alimentation riche en fibres est de contribuer directement à réduire le taux de cholestérol sanguin et à prévenir les maladies coronariennes. Les fibres réduisent également le risque de formation de calculs biliaires.
 
Cet effet est le résultat du fait que les sels biliaires sont des produits de dégradation du cholestérol formés dans le foie et secrétés par la bile. Donc, les fibres, en se liant avec une partie de ces sels biliaires (et avec des molécules de cholestérol sécrétées dans la bile), facilitent leur évacuation dans les selles.
 
 
Les fibres protègent-elles du cancer du colon ?
 
Un régime riche en fibres est depuis longtemps réputé protéger du cancer du côlon. Cependant, les évidences scientifiques ne sont par encore suffisantes à ce jour. Donc la  question assez controversée. Nous y reviendrons dans un prochain article de manière à faire le tour de la question en détail.
 
 
 
Quels sont les sources de fibres alimentaires ?
 
On les trouve exclusivement dans les aliments végétaux, fruits, légumes et céréales notamment. Les fruits secs, pruneaux, abricots secs, en sont particulièrement riches. Les fruits apportent de la cellulose et des pectines. Dans les céréales, les fibres, en particulier la lignine, proviennent de la cuticule des graines et sont donc plus présentes dans le son ou les céréales complètes.
 
Teneur en g/100 gr d’aliment dans les céréales
 
Son de blé 47.5
Pain complet 8.5
Flocons d’avoine 7.2
Riz blanc 3.0
Pain blanc 2.7
Légumineuses
Haricot blanc 25.5
Pois chiche 15.0
Lentille 11.7
Petit pois 6.3
 
Teneur en g/100 gr dans les légumes
 
Carotte 3.7
Pomme de terre 3.5
Chou vert 3.4
Laitue 1.5
Fruits
Tomate 1.4
Amande 14.3
Groseille 8
Pruneau 7
Noix 5.2
Banane 3.4
Poire 2.4
Fraise 2.1
Pomme 1.4
 

Quelles peuvent-être les recommandation pour notre alimentation quotidienne ?
 
Nous mangeaons pour la plupart d’entre nous de moins en moins de fibres et ceci du fait de l’évolution de nos habitudes alimentaires. En effet, avec l’augmentation relative de la consommation de produits carnés et de laitages, nous avons tendance à abaisser notre apport journalier en fibres.
 
Dans les pays développés, on estime à 12 g l’apport quotidien moyen en fibres, dont 40 % proviennent des céréales. la moitié environ est constituée de fibres solubles. Un apport d’au moins 30 g par jour est recommandé. Il est facilement atteint en suivant une alimentation variée comprenant des crudités, des légumes verts cuits et des fruits, complétés par des céréales et des légumineuses.
 
D’autre part l’industrie agroalimentaire essaye de trouver une réponse en incorporant des fibres dérivées de sources naturelles (amidons ou dextrines transformés) dans les produits de notre consommation courante actuelle (biscuits, confiserie, même le chocolat). Les personnes qui consomment souvent de ces aliments souffrent souffrent d’un manque de fibres et donc de constipation. 
 
Pensons donc à augmenter notre consommation de fruits et de légumes qui est le plus souvent trop pauvre !
 
Pour adopter une alimentation équilibrée, inscrivez-vous gratuitement sur Doxys et profitez des conseils et évaluation du coach diététique !

Publié par philippe




Top