Alors que la consommation moyenne française de sel était à la fin des années 90 de 9 à 10 grammes par personne et par jour, l’Afssa a préconisé dès 2002 de réduire l’apport en sel afin d’atteindre un objectif de 8 grammes par jour. Ce qui a été fixé dans la Loi de santé publique de 2004.

Aujourd’hui et malgré ces recommandations, 46 % des adultes et 23 % des enfants ont toujours une trop forte consommation de sel : plus de 8 grammes par jour.
 
Pourquoi ne pas avoir eu de réduction de la consommation de sel ?
 
Le sel est naturellement contenu dans les aliments ou ajouté dans les préparations alimentaires pour diverses raisons : avant tout pour une question de sécurité sanitaire, de processus de fabrication et aussi pour rehausser le goût des prépations.
 
Le sel est nécessaire au bon fonctionnement de l’organisme car il est impliqué dans de nombreux mécanismes physiologiques tel quel a régulation de la pression artérielle, des liquides de l’organisme ou encore le bon fonctionnement musculaire et cardiaque. Il participe aussi à la propagation de l’ influx nerveux.
 
Si le sel est nécessaire et indispensable à l’organisme, en revanche un apport excessif de celui-ci peut-être potentiellement néfaste sur la santé :
s’il est consommer en trop grande quantité, il participe à l’élévation de la tension artérielle et peut mettre en péril la vie dans un stade ultime.
Il se pourrait qu’il joue un rôle dans l’aggravation de l’ostéoporose en concourant à la fuite du calcium dans les urines.
 
Quelques conseils de base pour ne pas avoir une consommation en sel excessive :
 
- ne consommez des aliments relativement riches en sel (charcuteries, fromages, biscuits apéritifs, snacks, certains plats préparés…) seulement pour profiter de leur saveur ;
- lisez les étiquettes des produits industriels (plats cuisinés, eaux minérales, etc.) afin de  privilégier les plats préparés et les eaux contenant moins ou peu de sel ;
- essayez de ne pas mettre systématiquement la salière à table ;
- remplacer le sel par des épices ou des aromates (curry, paprika…), des herbes fraîches ou déshydratées (persil, basilic, coriandre), des aromates (ail, échalote…) ;
- évitez de rajouter trop de sel à l’eau de cuisson et goûtez votre assiette avant de (re)saler.
 
 

Publié par philippe




Top