Une étude italienne affirme que suivre un régime hypocalorique pour maigrir permettrait également de stimuler l’activité cérébrale !
C’est ce que révèle une étude italienne publiée dans les Proceeding of the National Academy Sciences (PNAS).

Vous avez abusé des plaisirs de la table à Noël ? Pensez-vous avoir déjà trop mangé après le premier réveillon ? Peut-être souhaitez-vous être plus prudent pour le repas de Nouvel An ?

C’est une autre histoire … nous verrons en janvier où en est la situation! Profitez tout de même de cet excellent repas convivial!

Si votre objectif, que ce soit pour cette année 2011 ou pour 2012  était ou est de mincir, maigrir ou même perdre plus de poids : bonne nouvelle car une étude récente démontre que le fait de suivre un régime hypocalorique permettrait non seulement de maigrir mais aussi de stimuler l’activité cérébrale !


Pour les femmes qui ont suivi un régime hypocalorique (en réduisant évidemment leurs apports énergétiques), une grande nouveauté : des chercheurs italiens ont découvert qu’en mangeant 30% en moins de leur apport énergétique, une molécule (la CREB1) située au niveau des synapses serait stimulée et augmenterait les capacités enregistrer les informations.


Donc il s’agit bien d’augmenter les processus d’apprentissage et de mémorisation.

Cette étude affirme même (soyons prudent tout de même) que cette méthode utilisée que ce soit pour mincir, maigrir ou perdre du poids permettrait de réduire le processus de vieillissement cérébral ainsi que certaines affections dégénératives comme la maladie d’ Alzheimer.
En plus de cela la CREB1 jouerait également un rôle primordial dans le contrôle de l’anxiété.

En attendant le réveillon de Nouvel An, pensez à équilibrer votre alimentation !
 

Doxys coach diététique en ligne peut vous aider à "manger santé" et à équilibrer votre alimentation quotidienne. Grâce à ces nombreux outils de coaching, vous pourrez prendre conscience grâce à son compteur de calories et à ces divers outils d’analyse nutritionnelles des erreurs que vous pourriez commettre sans le savoir et ainsi mieux composer votre assiette santé au jour le jour.
 

 

 

Publié par philippe


C’est donc une nouvelle mise en garde de l’AFSSAPS qui tire la sonnette d’alarme à propose de la molécule orlistat contenue dans la pilule pour maigrir Alli présente également dans le Xenical.

 
La pilule Alli avait fait son entrée en scène fracassante dans le club très fermé des pilules pour maigrir lors de son lancement en 2009. Cette pilule avait acquit ces lettres de noblesse au départ pour elle une originalité : elle pouvait être achetée en pharmacies sans ordonance. Ce qui était nouveau dans le cas d’un médicament pour maigrir qui était traditionnellement délivré exclusivement sur ordonnance médicale.
 
De ce fait par la suite et c’est une des raisons de son succès, de nombreuses personnes, parfois sans souffrir nécessairement de réelle surcharge pondérale mais qui souhaitaient perdre quelques kilos se sont mises à consommer cette gélule dite miracle pour perdre du poids. 
Ce médicament donnait la promesse de pouvoir perdre du poids sans même faire aucun effort ni changer son mode de vie ni ses habitudes alimentaires. C’était évidemment impossible. Toutefois il n’en a pas fallu plus pour que le succès commercial de ce « traitement miracle » soit fulgurant.
 
On sait a présent que cette pilule n’aurait pas que des effets favorables sur la santé des personnes qui en prennent. Au contraire, elle est désormais dans le collimateur de l’Agence française de sécurité sanitaire de produits de santé. L’Afssaps a en effet tiré la sonné d’alarme et a émis en garde contre les « risque d’atteintes hépatiques rares mais graves » lors d’un traitement à base de gélules d’orlistat pour maigrir. Ces gélulules amincissantes sont vendues sous les noms d’Alli ou de Xenical. 
 
« Plusieurs cas graves d’atteintes hépatiques ont été rapportés chez des patients traités par orlistat ayant conduit dans certains cas à une transplantation hépatique voir au décès du patient. Le lien de causalité avec l’orlistat reste difficile à établir mais ne peut pas être exclu », souligne l’Afssaps.
 
 
Une réévaluation de la molécule orlistat est donc nécessaire et sera entreprise
 
Cette mise en garde concerne à la fois la pilule Alli, mais aussi le Xénical, un médicament commercialisé depuis 1998 par les laboratoires Roche. Contrairement à la pilule amiagrissante Alli, ce second médicament est vendu sur ordonnance. Alors que l’agence européenne du médicament (EMA) doit procéder prochainement à une réévaluation de  la molécule orlistat concernée, l’Afssaps souhaite « mettre en garde contre ce risque rare mais grave d’atteinte hépatique » « dans l’attente des résultats de cette réévaluation ».
 
 
Ne prenez pas de risques avec votre santé ! N’utilisez que des méthodes sans danger pour maigrir ! Le Doxys coach diététique en ligne peut vous aider efficacement à perdre du poids et ensuite à équilibrer ou rééquilibrer votre alimentation quotidienne grâce aux divers outils d’évaluation diététique et d’analyse nutritionnelles qui vous permettrons de déjouer vos erreurs alimentaires et à installer uns véritable correction des habitudes alimentaires journalières.

Publié par philippe


Depuis 30 ans, des centaines de méthodes ont essayé de faire maigrir la population, mais sans succès à long terme puisque la reprise de poids est tôt ou tard au rendez-vous. La raison de ces échecs sur le long terme, on la connaît maintenant. En effet, à partir de 20 % de changement des habitudes alimentaires, l’individu ne peut maintenir sa perte de poids sur une longue période.

 
Voilà pourquoi les régimes protéinés sont efficaces sur le court terme, mais sur le long terme cela finit généralement par dégénérer.
 
En cette période de bonnes résolutions, où beaucoup d’entre nous cherche à éliminer quelques kilos superflus ou des kilos gagnés pendant les périodes de fêtes, voilà de quoi méditer avant de se lancer dans de long effort pour faire régime et tenter de perdre du poids avec des méthodes parfois "folkloriques".
 
Si vous voulez réussir votre perte de poids, cela sous-entend sur le long terme, ne modifiez pas trop vos habitudes alimentaires! En tout cas efforcez-vous de vous tenir à un minimum acquis de bonne résolutions, de bonnes habitudes alimentaires sur une longue période. Sinon vos beaux efforts ne vont finalement par vous servir beaucoup.
 
Le mieux, c’est d’établir un journal alimentaire 6 à 7 jours, et éventuellement de le soumettre à un professionnel, nutritionniste ou diététicien.
 
Si vous voulez faire plus simple, vous pouvez le faire en ligne avec le coach diététique en ligne Doxys. Vous pourrez entrer ce que vous consommez chaque jour et ainsi découvrir vos erreurs alimentaires et les corriger très facilement et progressivement.
 
Vous aurez ainsi une analyse de votre alimentation, des propositions de menus équilibrés, sans devoir trop modifier vos habitudes alimentaires et sans devoir renoncer à ce que vous aimez manger au fil des semaines.
 
Bien manger et perdre du poids, que ce soit pour mincir ou pour maigrir, c’est souvent simplement un réajustement des quantités et de l’équilibre entre les glucides, les protéines et les lipides.
 
De cette manière, vous n’aurez pas l’impression d’être réellement au régime, vous allez rééquilibrer votre alimentation et vous réussirez d’autant plus votre équilibre alimentaire quotidien et vous vous ferez du bien.
 

Publié par philippe


Neuf Américains sur 10 estiment que leur alimentation est saine, même si les deux tiers de la population ne consomment pas suffisamment de fruits et pour légumes dans ce pays champion du monde de l’obésité, selon un sondage rendu public mardi.

Selon l’enquête du magazine Consumer Reports menée auprès
pour 1.234 adultes, 52,6% des Américains jugent leur alimentation "plutôt" saine, 31,5% "très" saine et 5,6% "extrêmement" saine.

Mais au royaume du Coca-Cola, 43% des sondés reconnaissent aussi boire au moins un soda ou autre boisson sucrée par jour et seule une personne sur quatre dit limiter son apport
de sucres et pour graisses, selon ce sondage effectué début novembre.

"Les Américains ont tendance à se donner
de bonnes notes pour leur alimentation, mais quand on leur demande quelle est leur consommation pour sodas, de graisses et pour fruits et légumes, on constate que leur définition d’une alimentation saine est discutable", observe Nancy Metcalf, pour Consumer Reports.

Quatre personnes interrogées sur 10 confient manger "à peu près tout" voire "pratiquement tout" ce qui leur fait envie.

Dans un pays où un tiers des adultes sont considérés comme obèses, peu
pour gens se pèsent ou calculent leur apport quotidien en calories, selon l’enquête. Lorsqu’on leur demande leur poids, trois personnes sur 10 le sous-estiment alors qu’elles sont soit en surpoids, soit obèses.

Seuls trois sondés sur 10 disent par ailleurs absorber le régime recommandé d’au moins cinq fruits ou légumes par jour.

Selon un autre sondage publié en fin d’année dernière, perdre du poids arrive en tête des résolutions que comptent prendre les Américains cette année, juste après arrêter
pour fumer.

Publié par philippe


Ce sujet fait l’objet de nombreuses controverses depuis de longues années. D’après une récente étude, publiée dans l’International Journal of Behavioral Medicine, il semblerait qu’il soit possible de trancher afin de savoir s’il vaut mieux perdre du poids rapidement ou démarrer plutôt lentement et de garder un rythme constant pour maigrir.

Un peu finalement comme la fable de Lafontaine du lièvre et de la tortue !

Cette étude propose de maigrir assez rapidement dès le début du régime car perdre du poids rapidement au début d’un programme d’amaigrissement serait plus efficace et surtout les résultats à long terme seraient meilleurs.

Cette étude sur le rythme d’amaigrissement le plus efficace dit que les régimes pour maigrir ou pour perdre du poids devraient plutôt encourager les personnes à réaliser de grands changements de comportements dès le début plutôt du régime amaigrissant plutôt que de faire de petits changements progressif au cours du régime maigrissant. Et ce que ce soit pour perdre du poids, mincir ou maigrir.

Les auteurs de l’étude Lisa Nackers de l’Université de Floride et ses collègues ont comparé les chiffres de 262 femmes obèses avec un BMI ou IMC de 36, lesquelles étaient âgées en moyenne de 59 ans. Ces femmes qui devaient maigrir ont participé à un programme de perte de poids pendant six mois pour mincir ou maigrir de préférence.

Ces femmes ont été stimulées à diminuer leur apport calorique afin d’arriver à perdre un demi kilo par semaine. Ce qui est déjà un bon rythme de perte de poids pour maigrir efficacement.

Ces femmes étaient suivies par newsletter mensuelle ou appels téléphoniques pendant une période d’un an. 

 

Quel a été le meilleur rythme pour maigrir rapidement  et efficacement ?

Ces femmes qui suivaient ce programme alimentaire dans le cadre de cette étude pour soit mincir, maigrir ou en tout cas perdre du poids ont perdu du poids à un rythme plus rapide durant la première partie de cette étude pour maigrir. En clair pendant le premier mois, les femmes qui participaient à cette étude pour maigrir ont perdus 0.70 kilo par semaine. Le plus intéressant est qu’elles ont perdu plus de poids à long terme que les femmes qui perdaient du poids à un rythme plus lent de 0.22 kilo par semaine ou moins.

Ces femmes étaient 5 fois plus susceptibles d’avoir perdu 10 % de leur poids de départ et ce au bout de 18 mois et elles ne reprenaient de plus pas le poids qu’elles avaient perdu pendant la phase d’amaigrissement. 

En conclusion, les femmes qui perdaient plus rapidement du poids pendant la première période initiale d’amaigrissement résistaient mieux à stabiliser leur poids corporel et avaient un meilleur suivi de leur amaigrissement et notamment dans la tenue d’un journal alimentaire et prenaient par la suite moins de calories ce qui leur garantissaient de ne par reprendre le poids qu’elles avaient perdu pendant leur régime pour maigrir. 

Cette étude est très intéressante car elle met en évident le fait qu’il est plus intéressant de maigrir au départ à une rythme plus soutenu que ce soit pour mincir, maigrir ou pour perdre du poids quel que soit le poids que la personne qui souhaite maigrir veuille atteindre comme objectif.

Donc l’étude pour déterminer le rythme idéal d’amaigrissement montre qu’un démarrage rapide plutôt qu’un démarrage lent rapporte plus à long terme que d’opérer en premier lieu de petits changements comportementaux dans les habitudes alimentaires.

Il semblerait d’autre part que perdre à un rythme plus rapide au départ est plus renforçant dans le résultat à long terme pour maigrir dans la période d’apprentissage des comportements alimentaire et aussi pour le futur du maintien du poids de forme et l’acquisition d’une alimentation saine et équilibrée.

Aussi les personnes qui veulent maigrir gagneraient au niveau de l’apparence physique ainsi que de leur image corporelle qui se verrait ainsi améliorée et valorisée. Il semblerait aussi démontré qu’on aurait gagné en augmentation de l’énergie ainsi qu’une meilleure mobilité articulaire et globale du corps.  Ce qui est évidemment très encourageant et stimulant quand on souhaite maigrir efficacement sur le long terme car bouger plus que ce soit lors des activités physiques au quotidien ou du sport cela contribue évidement à éviter de reprendre les kilos perdus pendant la phase d’amaigrissement.

Que ce soit pour maigrir vite dès le départ d’un régime alimentaire pour perdre du poids ou pour mincir Doxys coach diététique en ligne vous aide efficacement chaque jour afin de vous donner l’ensemble des clés en vous apprenant à rédiger et gérer vos menus. L’ensemble de votre alimentation au quotidien, depuis le journal alimentaire qui permet de prendre conscience, grâce au compteur de calorique, des portions alimentaires que vous consommez réellement. Le cooch diététique DOXYS vous offre différentes solutions avec une inscription gratuite et illimité ou une formule payante très accessible financièrement pour manger sainement équilibré

N’hésitez-pas, inscrivez-vous dès aujourd’hui, le coach diététique Doxys vous aidera à élaborer des menus sains et équilibrés chaque jours !  

Publié par philippe


Les résultats du bilan du Plan National Nutrition santé 2006-2010 a été présenté ce mercredi 21 avril 2010. Les résultats sont décourageants puisque les chiffres concernant le surpoids et l’obésité se sont dégradés puisque 54 % des hommes et 40 % des femmes belges sont en surpoids, et de plus 14 % de la population belge est obèse.

Le bilan du Plan National Nutrition santé (PNNS) 2006-2010 a été présenté ce jour à l’occasion de l’assemblée générale 2010 du Conseil supérieur de la santé. Les chiffres traitant du surpoids et l’obésité de la population belge ont gonflé. En effet 54% des hommes et 40 % des femmes belges sont en surpoids, et 14 % de la population est carrément obèse. Les enfants sont particulièrement touchés puisque 18% des enfants entre 2 et 7 ans sont obèses.

Le plan antérieur de 2006-2010 présentaient plusieurs objectifs qui paraissent probablement trop ambitieux : augmenter l’activité physique, consommer plus de légumes, fruits, céréales, eau mais également réduire la consommation d’alcool, de sel, de graisses, de viande et de sucres.

Le plan insiste également sur les bienfaits de l’allaitement maternel, lequel permet d’éviter sur le long terme le surpoids chez l’enfant. Cependant, actuellement, seuls 67 % des femmes belges allaitent à la naissance, 30 % jusque 3 mois et 15 % jusque 6 mois.

Les priorités du Plan National Nutrition santé (PNNS) 2011-2015 sont identiques à celles de l’ancien plan mais il on peut dire qu’il est renforcé puisqu’il insiste pour l’avenir sur une meilleure communication vis à vis des consommateurs et aussi sur l’implication du secteur privé afin de fournir à un meilleur étiquetage plus lisible. Le PNNS intègre également la notion de développement durable et le PNNS veut associer la problématique de santé publique à tous les niveaux politiques.


« Il faut continuer à élaborer des activités et des initiatives ; il ne faut surtout pas ralentir », ajoute Isabelle Laquière, représentante du service publique fédérale Santé publique en tant que co-responsable du Plan national nutrition-santé.

En un mot, le PNNS vise à améliorer les habitudes alimentaires et à promouvoir l’activité physique du Belge.
La tâche sera ardue et le chemin semé d’embuches.
 
Doxys coach diététique en ligne s’est engagé et est concerné chaque jour afin d’aider chaque personne qui souhaiter perdre du poids, gagner du poids, mieux manger en équilibrant son alimentation. Que ce soit pour mincir, maigrir ou perdre du poids, le coach diététique offre des solutions avec une inscription gratuite et illimité ou une formule payante très accessible financièrement.
 
N’hésitez-pas, inscrivez-vous dès aujourd’hui, le coach diététique Doxys vous aidera à équilibrer chaque jours vos menus ! 

Publié par philippe


La vaste enquête sur la santé des Belges confirme qu’un Belge sur deux est obèse. Comment en est-on arrivé là ? Que va-t-il se passer à l’avenir ?

Comment est-il possible de modifier les comportements alimentaires pour perdre du poids et revenir à un poids moyen pour le Belge est-il envisageable à court, moyen ou long terme ?

 

La valeur moyenne de l’indice de masse corporelle (IMC, qui se calcule selon le rapport du poids divisé par la taille au carré) chez les adultes est de 25,3, ce qui signifie que le Belge moyen est trop gros. Ce chiffre le place en surplus de poids, par encore en surplus de poids franc ni non plus le désigne comme obèse.
 
Les hommes (54 %) sont davantage concernés par l’excès de poids que les femmes (40 %) cependant concernant l’obésité, il n’y a aucune différence entre hommes et femmes.
 
Ce qui est carrément alarmant, c’est qu’à partir du groupe d’âge de 45-54 ans, plus de la moitié des individus présentent une surcharge pondérale, contre un sur cinq dans le groupe d’âge de 55-64 ans.
 
Ces pourcentages sont comparables entre garçons et filles.
 
La prévalence de la surcharge pondérale atteint sa valeur maximale dans le groupe des 5-9 ans (22 %), mais elle est à nouveau plus basse à l’adolescence (12 %).
 
Dans la Région bruxelloise, le pourcentage de jeunes avec surcharge pondérale est légèrement plus élevé que dans les deux autres Régions : plus de 1 jeune sur 4 est en surcharge pondérale.
 
À l’opposé, on constate que 3 % de la population adulte est en état de carence pondérale.
 
La valeur moyenne de l’indice de masse corporelle pour les personnes de 18 ans et plus est de 25,3 – une valeur qui dépasse juste la valeur seuil pour la surcharge pondérale (25).
 
Cela signifie donc qu’en moyenne, le Belge est en surpoids.
 
Cette moyenne est significativement plus élevée chez les hommes (25,8) que chez les femmes (24,8).
 
On observe une relation positive claire entre l’âge et la moyenne de l’IMC : au fur et à mesure que l’âge augmente, la moyenne de l’IMC augmente; cependant, à partir de l’âge de 65 ans cette valeur diminue.
 
Donc l’évolution de ces deux dernières décennies est clairement négative. D’un point de vue politique rien ne semble se dessiner. Quant à lui DOXYS coach diététique en ligne aide chaque jour des milliers de personnes en général et de Belges en particulier à surveiller l’évolution de leur poids. Doxys grâce aux menus équilibrés qu’il propose permet aux personnes de perdre du poids sainement, de mincir ou de maigrir suivant que l’on a un peu ou beaucoup de poids à perdre en faisant prendre conscience des erreurs alimentaires de base à corriger pour manger plus sainement chaque jour.
 

Publié par philippe


Que ce soit pour mincir, maigrir ou simplement pour perdre un peu de poids, une excellente solution est de réduire l’apport en calories total de la journée. Si possible en augmentant la sensation de satiété globale, c’est un gage de pérennité du régime. Les fruits et les pommes en particulier sont une grande aide pour maigrir.

La faim est la pire ennemie du régime

De nombreuses études montrent que les aliments solides sont plus "satiétogènes" que les liquides. Consommés entiers, les fruits réduisent donc plus la faim qu’une quantité équivalente sous forme de jus.

C’est ce qu’explique le Dr Thierry Gibault, endocrinologue et nutritionniste à Paris, dans "Équation nutrition" (la lettre de l’agence pour la recherche et l’information sur les fruits et légumes frais - Aprifel).

Ce médecin y détaille notamment les résultats d’un travail anglais récemment réalisé pour déterminer si les formes sous lesquelles les aliments sont consommés affectent l’appétit et si la consommation d’un fruit en début de repas peut aider à moins manger.

Une soixantaine de jeunes, en bonne santé et ne suivant pas de régime, ont été sélectionnées dans une communauté universitaire, par une équipe de l’université de Cambridge.

Quinze minutes avant de passer à table, ils recevaient soit une pomme en quartiers épluchés, soit une compote de pomme, soit un jus de pomme avec ou sans fibres.Cette étude montre bien que la consommation d’un fruit en début de repas peut avoir une influence significative sur le niveau de satiété et la consommation calorique, conclut le Dr Gibault.

Manger un fruit en début de repas serait donc aussi efficace que de consommer une soupe ou une salade.

Voici donc un moyen simple et naturel pour celles et ceux qui désirent perdre quelques kilos avant l’été, mincir, maigrir ou perdre du poids sans les reprendre ensuite lorsqu’ils arrêtent leur régime.

Doxys coach diététique en ligne grâce aux menus équilibrés qu’il propose chaque jour met en avant des journées alimentaires bien équilibrées qui assurent un apport suffisant en légumes et en fruits.

 

Publié par philippe


Lorsque vous suivez un régime pour mincir ou pour maigrir : il est important de pouvoir résister aux tentations ou tout au moins de pouvoir les gérer. 

Le plus difficile est de garder le cap de votre régime sur le long terme car plus vous suivez un régime contraignant, plus vous y pensez et plus vous aurez de chances de succomber aux tentations et de reprendre du poids tout au moins progressivement. Vos efforts pour perdre du poids seront ruinés. C’est du moins ce qu’indique une étude récente. Tout ce que vous aurez fait sera alors réduit à néant !


Le mieux pour tenir le coup et évitez les tentations est justement d’éviter les interdictions.

Faut-il de la volonté avant tout ? NON

Donc suivre un régime pour maigrir ou simplement pour perdre un peu de poids ou mincir des cuisses ou du ventre où aux endroits de votre silhouette qui vous dérangent n’est donc pas si difficile ! Le tout est de vous y mettre et de garde le cap. Plus facile à dire qu’à faire me direz-vous ! Même si vous avez tendance à succomber de temps en temps aux tentations, il semble que cela ne soit pas un obstacle insurmontable !

Les résultats de l‘étude réalisée par une équipe de chercheurs de la Northwestern University’s Kellogg School et qui avait pour but de mettre en évidence la volonté d’étudiants en les mettant à l’épreuve sur un test pour évaluer leur capacité à résister à leurs désirs dans le cadre d’un régime ou d’un sevrage  au tabac a donné les résultats suivants : les étudiants étaient perdus dans leur régime et n’étaient pas vraiment capables d’évaluer la réaction qu’ils pourraient avoir face à leurs désirs. En fait, au plus les étudiants étaient persuadés qu’ils avaient le pouvoir de résister à de la nourriture ou à la prise d’une cigarette au plus ils craquaient vite ! C’est étonnant au premier abord et pour non en y réfléchissant bien !

Le résultat inverse était aussi présent car on a trouvé que les étudiants qui estimaient avoir peu de self contrôle, résistaient mieux que les autres à la tentation. Ce qui est finalement très intéressant dans le suivi de la majorité des régimes suivis pour mincir ou pour maigrir. Car les régimes que les gens suivent généralement sont beaucoup trop durs et/ou beaucoup trop restrictifs et sont donc difficiles à suivre au long cours.

Donc cela tord le cou à beaucoup de régimes et nous enseigne que beaucoup de diètes pour maigrir ou simplement pour mincir n’ont pas beaucoup de sens et ne valent pas le coup d’être suivis ou même d’être entrepris.

Les leçons de l’étude : contre la tentation il vaut mieux fuir les interdictions quand on suit un régime pour maigrir !

Les spécialistes estiment que de se convaincre qu’on ne va pas craquer ou qu’on ne peut pas craquer est la contre productif pour la bonne évolution d’un régime. Ce type de comportement renforce la tentation ainsi que la frustration justement d’être privé de ce plaisir tant convoité ! En fait on se focalise, on se cristallise sur l’aliment tabou, on ne pense plus qu’à le consommer et on risque justement plus facilement de craquer par la suite.

L’idéal serait de se réconcilier avec les aliments qui nous font envie et de s’autoriser de temps en temps des petits plaisirs. En espérant qu’au fur et à mesure il soit possible de mieux appréhender ces tentations et de les freiner et ensuite les faire disparaître.

Tentations pendant les régimes : soyez modéré

Si vous sentez que l’envie est trop forte pendant le régime, évitez de vous mettre constamment face à vos envies. Mais il n’est pas possible ni souhaitable d’adopter cette tactique durant toute votre vie.

Si vous craquez de temps en temps ce n’est pas dramatique et cela ne va pas compromettre tout votre régime.

Il faut aussi vous habituer à de temps en temps être face à des tentations que vous apprendrez petit à petit à gérer.

Pour quoi faire compliqué en terme de régime amaigrissant ? Pourquoi  se compliquer la vie si vous souhaitez mincir, maigrir pour perdre soit un peu de poids ou si vous souhaitez perdre beaucoup de poids : suivez un régime pas trop compliqué ni trop contraignant. Apprenez à corriger vos erreurs alimentaires et rééquilibrer vos menus quotidiens. Utilisez le coach diététique en ligne DOXYS qui est là pour vous aider dans votre régime alimentaire au quotidien.

Cédez de temps en temps à vos tentations en contrôlant la taille des portions et la fréquence de ces consommations sera bien plus facile au long terme que de vous en interdire purement et simplement la consommation !

Pour les repas suivants et les jours suivant vous essayerez  de vous rattraper !

 

 

Publié par philippe


Beaucoup de stratégies existent pour maigrir. De nombreuses études tentent d’apporter une réponse définitive à la question. Une question que beaucoup de personnes se posent est de savoir s’il vaut-il mieux, pour maigrir, réduire considérablement l’apport en aliments riches en graisses ou augmenter sa quantité de fruits et légumes consommée journellement ?

Une étude québécoise récente semble démontrer qu’à court terme, consommer moins de graisses serait plus efficace en terme de perte de poids et donc d’amaigrissement net, mais qu’à long terme, privilégier les fruits et légumes pourrait donner de meilleurs résultats. 

L’étude a été menée auprès de 68 femmes en âge de ménopause et qui étaient en excès de poids.

Un premier groupe de 33 femmes devait diminuer sa consommation d’aliments à haute teneur en graisses, tels que fritures, les sucreries ou les pâtisseries. Un second groupe, formé de 35 femmes, devait consommer davantage de fruits et légumes.

« Il n’y a rien dans les fruits et légumes qui favorisent la perte de poids, précise Annie Lapointe, coordonnatrice du projet de recherche et candidate au doctorat à l’Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels (INAF) de l’Université Laval. Seulement, on s’est dit qu’en en mangeant plus, les femmes réduiraient probablement leur consommation d’autres aliments, notamment ceux à haute densité calorique. »

Le projet a duré 6 mois, au cours desquels les femmes ont eu droit à 3 cours de groupe sur la cuisine et l’alimentation, et 10 entretiens en privé avec une diététicienne.

 

Quels ont été les résultats ?

Les femmes qui avaient essayé de réduire leur consommation de graisses ont perdu 3,5 kg en moyenne. Celles qui avaient augmenté leur consommation de fruits et légumes n’ont perdu que 1,6 kg. Il semblerait donc en première analyse que diminuer les graisses semble donc la solution à privilégier pour réduire sa masse graisseuse et son tour de taille.

Cependant attention aux conclusions hâtives car selon Annie Lapointe l’arbre peut cacher la forêt !

« J’ai revu les femmes 6 mois, puis 12 mois après la fin du projet, explique Annie Lapointe. Il n’y avait plus de différence significative entre les 2 groupes. Autrement dit, les femmes qui avaient tenté de réduire leur apport en gras avaient repris un peu plus de poids que celles qui avaient augmenté leur consommation de fruits et légumes. » Cette conclusion tombe sous le sens, croit la chercheuse, car les mesures restrictives sont souvent difficiles à maintenir.

Il semble donc après analyse plus approfondie des résultats qu’il n’y ait pas de recette miracle pour maigrir ou perdre du poids. « L’idéal, c’est de combiner les 2 approches », dit Annie Lapointe. Si on mange plus de fruits et légumes, on aura normalement moins faim et il sera alors plus facile de réduire sa consommation d’aliments gras, soutient-elle.

Rappelons que mincir est plutôt une stratégie à court terme, mais que maigrir réellement et perdre du poids demande une stratégie sur le long terme bien réfléchie et planifiée.

DOXYS coach diététique en ligne est là pour vous aider à planifier et à mener à bien votre stratégie minceur en vous stimulant au jour le jour dans votre perte de poids, amincissement ou amaigrissement à court et long terme de manière corriger vos erreurs alimentaires et à vous réapprendre à manger sainement sur un long terme. 

 

 


Publié par philippe




Top