Un rapport accablant de l’ONU dénonce le laxisme des gouvernements et propose de taxer les sodas et les aliments très gras.

Trois millions. C’est le nombre incroyable d’individus qui meurent chaque année sur terre en raison de la malbouffe!
Un chiffre méconnu et ahurissant à la fois qui indique une fois de plus que l’obésité est devenue un nouveau fléau mondial.

 

La nouvelle génération aura une espérance de vie inférieure à celle de ses parents

Aux Etats-Unis, par exemple, les enfants pourraient avoir une espérance de vie plus courte que leurs parents en raison de leurs mauvaises habitudes alimentaires.
Et les pays en développement sont de plus en plus touchés par ce fléau.
Fort de ce constat très inquiétant, le rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à l’alimentation, le Belge Olivier De Schutter, a présenté ce mardi un bilan accablant.
Dans sa ligne de mire : les gouvernements, qui, à son sens, ne garantissent pas suffisamment le droit à une alimentation saine ; mais aussi l’industrie alimentaire, qui est responsable d’une exposition accrue à la malbouffe.
 

L’ONU vaut taxer les sodas et les aliments trop gras, trop salés et trop sucrés

Plus concrètement, le rapporteur spécial de l’ONU a invité les gouvernements à taxer les sodas et les aliments à teneur élevée en graisses, sel et sucre.
Pour l’expert onusien, taxer les sodas et les aliments très gras, très salés et très sucrés pourrait faciliter le financement des campagnes de prévention sur les régimes alimentaires sains.
Notamment en faveur des fruits et légumes. Le Danemark, la Finlande, la France et la Hongrie où des taxes sur ce type d’aliments existent. «Une taxe de 10 % sur les sodas, ayant des effets négatifs considérables sur la santé, pourrait entraîner une baisse de 8 à 10 % des achats de ces boissons», indique le rapport.

 

Une proposition trop simpliste

Doxys coach diététique en ligne estime lui qu’Il faut prendre le problème à sa base. Nous déplorons qu’énormément de produits contiennent trop de sucre, de sel, de graisse ou de colorants et ce depuis de longues années,
Imposer une taxe est une mesure trop simpliste et trop facile. Un meilleur étiquetage des produits alimentaire est indispensable. Celui-ci doit être bien plus lisible et plus explicite qu’à l’heure actuelle.
Ce n’est cependant pas suffisant, de nombreux efforts doivent encore être réalisés quant à l’éducation nutritionnelle. Nous nous battons dans tant au niveau des consultations diététiques individuelles que de l’éducation nutritionnelle des enfants dans le cadre scolaire.

 

Le consommateur doit pouvoir continuer à choisir

Le consommateur doit être libre de choisir et pouvoir continuer de consommer les aliments qu’il souhaite. Il doit par contre pouvoir trouver sans suplément de prix des aliments qui ne soient pas ni trop gras, ni trop salés ni trop sucrés … et ce à des prix acceptables, donc sans suppléments!

 
En attendant de pouvoir avancer concrètement Doxys met à votre dispostion de nombreux outils et conseils thématiques qui pourront vous aider à réduire votre apport en aliments trop gras, trop salés et trop sucrés.




 

Publié par philippe


Bien souvent, lorsque l’on décide de faire un régime pour perdre des kilos, on modifie complètement son mode de vie. Aux grandes causes, les grands moyens. Tout y passe ! On vide les placards des sucreries, gâteaux et autres confiseries industrielles. On impose à tous, enfants et maris compris, le nouveau régime que va suivre maman pour perdre du poids. Alors tout le monde est motivé à l’aider, et tout le monde s’y met. La famille change radicalement ses habitudes, son mode de vie. Et bien entendu, quand maman a perdu le premier kilo, tout le monde la félicite, l’encourage. Mais, à la longue, tout le monde regrette la soirée de fin de semaine au restaurant ou la livraison mensuelle de la pizza King Size, ou le bon petit plat du dimanche midi. Changer son alimentation pour perdre des kilos, c’est bien. L’imposer à tous l’est nettement moins. Maintenant, vous allez me dire que vous préférez, pour ne pas craquer, pour ne pas être tenté, l’imposer aux autres personnes de votre famille. Leur avez-vous demandé ce qu’ils en pensaient ? Pourquoi bouleverser complètement votre mode de vie ? Il faudrait peut-être commencer à dialoguer car changer complètement l’alimentation suppose d’être motivé, et de faire l’effort de tenir compte de vos préférences et de les leurs. Votre changement de régime alimentaire entraine des contraintes à toute la famille. Vous devez vous demander si ce changement va améliorer la qualité de votre vie de toute votre famille. Vérifiez si toute votre famille en a vraiment besoin car on peut corriger le mode de vie de différentes façons :

  • une meilleure hygiène alimentaire par la mise en place de mesures diététiques adaptées et équilibrées pour l’ensemble de la famille,

  • une meilleure hygiène de vie par l’activité physique, de préférence en commun afin de partager des moments de complicité.

Formez, éduquez votre petite famille aux avantages d’une alimentation diététique équilibrée, apprenez leur à lire les étiquettes des aliments, et également à décrypter les messages publicitaires.

L’éducation en matière de diététique est très importante car elle leur apprendra à comprendre le rôle des aliments dans leur vie quotidienne. Cette information leur sera nécessaire tout au long de leur vie. Tous les changements imposés et radicaux ne tiennent par sur la durée. Les évolutions doivent être progressives et comprises de tous. Il ne faut pas se contenter de leur dire que c’est bon pour vous, et que c’est bon pour eux. Il faut leur expliquer comment cela va leur permettre de rester en bonne santé, et pourquoi il est positif d’avoir une alimentation diététique et équilibrée. N’oubliez pas que les recettes équilibrées doivent être adaptées à votre mode de vie, qu’elles doivent correspondre à votre vie réelle quotidienne si vous voulez qu’elles réussissent. Vous serez alors le coach de votre maisonnée.

Avant de vous lancer, inscrivez-vous gratuitement sur le coach Doxys.

Publié par pierre

Publié sous ,


  Mots clés , , ,

Lien permanent aucun commentaires0


Avez-vous déjà entendu parler du régime alimentaire suivi par les habitants d’Okinawa ?

Okinawa est un archipel situé entre l’Océan Pacifique et la mer de Chine orientale. L’agriculture bénéficie d’un climat subtropical et la température moyenne annuelle est de 22,4°C. Ces informations vous permettent de situer géographiquement cet archipel. Au niveau culturel, Okinawa se distingue de la culture japonaise par l’originalité du système familial et de ses traditions culinaires. Mais, le plus intéressant est surtout l’espérance de vie de ses habitants. C’est en effet la plus longue de toutes les régions du Japon. De nombreuses études ont démontrées que cette espérance de vie était probablement liée à la nature de la cuisine locale. L’expression "ishokudogen" signifie que tout aliment est une forme de médecine. De là à résumer que ses habitants se soignent ou préviennent les maladies par leur alimentation, il n’y a qu’un pas.

Mais voyons de plus près leur cuisine. Le plat local le plus utilisé quotidiennement est le "champuru" qui est un mélange de tofu, de légumes et de porc. On trouve souvent dans les plats cuisinés, des pâtes qui ressemblent à de gros spaghettis, des bouillons à partir d’os de porc auxquels les habitants ajoutent des oignons, du poisson bouilli, de la viande de porc et de nombreuses herbes aromatiques cultivées sur cette île. Le porc est le plus souvent dégraissé et c’est la viande la plus utilisée dans leur cuisine. Un autre "légume" est largement utilisé. Il s’agit de l’"umibudoo", que l’on peut traduire par "les raisins de la mer". C’est en fait une algue en forme de grappe de raisins et que ne pousse que sur cette île. La cuisine est connue du monde entier et il n’est pas rare de voir de nombreux touristes plus intéressés par ses bienfaits que par la beauté du paysage.

En fait, si on analyse rapidement cette cuisine, elle est très diététique. De nombreux fruits et légumes locaux, du poisson bouilli (et non grillé avec des matières grasses), très peu de viande et aucun produit raffiné ou industriel. Alors, il est clair qu’il est quasiment impossible de suivre à la lettre ce régime car nous n’avons pas dans nos supermarchés les produits propres à cette région. Mais en s’inspirant de ce régime alimentaire, on peut au moins suivre les préceptes suivants :

  • Une consommation quotidienne de fruits et de légumes de saison. Ces derniers seront de préférence cuits à l’eau ou à la vapeur
  • Une consommation de poissons supérieure à celle de la viande.
  • Des bouillons à base de légumes et d’herbes aromatiques.
  • La viande sera de préférence dégraissée et consommée en quantité moindre que notre consommation quotidienne occidentale.

Si l’on peut se soigner par les aliments et augmenter son espérance de vie, pourquoi ne pas essayer ? Si en plus cela nous permet de perdre des kilos, c’est un excellent régime alimentaire, plein de bon sens.

Si vous souhaitez recevoir des conseils pour une cuisine pleine de bon sens, inscrivez-vous à Doxys, votre coach diététique en ligne !

Publié par pierre




Top